Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

ZOUBIDA ASSOUL, HIER, à L’UNIVERSITé ABDERRAHMANE-MIRA DE BéJAïA

“L’ère du tutorat sur le peuple est révolue”

La présidente du parti l’Union pour le changement et le progrès (UCP), Mme Zoubida Assoul, a déclaré, hier, depuis la capitale des Hammadites, que “l’ère du tutorat sur le peuple algérien est révolue”, estimant que “désormais, rien ne pourra se faire sans la volonté populaire”.Intervenant dans une salle archicomble, l’invitée de l’université Abderrahmane-Mira de Béjaïa affirme que “l’application de l’article 102 de la Constitution, qui consacrera le maintien du système, est dépassée par les événements, d’autant que l’incapacité du président Bouteflika à gérer les affaires de l’État ne date pas d’aujourd’hui. Sa maladie handicapante remonte au moins à 2013”.
Pour la conférencière, aller à une élection présidentielle dans 90 jours, c’est permettre à ce système de se pérenniser.“On ne peut pas aller aux urnes dans ces conditions, c’est-à-dire avec la même administration (gouvernement Bédoui, ses walis…), la même loi électorale,les mêmes médias, l’argent sale des oligarques…”, a-t-elle martelé sous les acclamations de l’assistance.
Mme Assoul croit dur comme fer que la solution ne réside guère dans le respect des dispositions de la Constitution que Bouteflika avait lui-même violée plusieurs fois, à commencer par son coup de force de 2008. Autre entorse commise par le chef de l’État sortant, ajoute-t-elle, est l’annulation du décret portant convocation du corps électoral pour la présidentielle avortée. “Toutes ces décisions prises unilatéralement par Abdelaziz Bouteflika constituent une transgression flagrante au droit constitutionnel et à la morale politique”, a-t-elle dénoncé.Et d’ajouter : “Malheureusement, toutes ces violations ont été commises en toute impunité et sous les regards complices de tous les responsables de l’État,y compris des chefs de l’armée.”Interrogée sur les perspectives de cette révolution dite “joyeuse”,la présidente de l’UCP propose l’organisation d’“assises nationales” auxquelles prendront part l’ensemble des acteurs de la société civile, des responsables et militants politiques, des magistrats, des scientifiques…, afin de tracer une feuille de route devant “déterminer les objectifs, les mécanismes et la durée de la période de transition démocratique”.
 

Kamel ouhnia


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER