Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

[Vidéos] 14ème vendredi de marche contre le système

Les algérois manifestent malgré la répression

Photo : Imène Amokrane

Le dispositif sécuritaire monstre déployé depuis ce matin à Alger, et les nombreuses arrestations opérées dans les différentes artères de la capitale, n’ont pas eu raison de la détermination des algérois.

En effet, pour ce 14ème vendredi de marche contre le système, des centaines de manifestants occupaient déjà la rue dès 10h30, entre la Place Audin et la Grande Poste.

A partir de 11h, les rangs des manifestants ont grossi davantage. Ils se comptent désormais par milliers.

Ils sont regroupés en face de l’esplanade de la Grande Poste, où une taule a été installée depuis mercredi pour barricader les lieux.

Selon le député du Rassemblement de la culture et la démocratie, Atmane Mazouz, qui s’exprimait sur son compte facebook, «de nombreuses interpellations sont opérées par les services de sécurité depuis ce matin dont font partie des élus et la députée Nora Ouali».

Pour lui, «Gaïd Salah exécute l'état de siège sur Alger annoncé à travers son discours par la nouvelle gestion des marches populaires». Ce qui représente, à ses yeux, une «dérive autoritaire» et une «escalade dangereuse» qui «discrédite(nt) davantage l'institution militaire à travers son intrusion assumée dans l'empêchement des marches et de l'expression pacifiques et populaires».

Rédaction Web

 

 

ARTICLES CONNEXES

  • Pour leur 21e marche à Alger
    Les étudiants insistent sur l"Etat civil"

    Des centaines d'étudiants et enseignants ont à nouveau défilé, ce mardi, à Alger, pour la 21e fois consécutive, pour un changement radical du régime de gouvernance en Algérie.

  • Ils ont tenté de leur arracher une banderole hostile au système
    Des étudiants repoussent des policiers en civil à Alger

    Des policiers en civil ont tenté, ce mardi, peu avant midi trente, à hauteur de la Fac centrale d'Alger, d'arracher une banderole portée par les étudiants, et sur laquelle on peut lire "Non à la mafia politico-financière".

  • Ils se comptent par milliers en ce début d'après-midi
    Les étudiants brisent le cordon policier, rue Hassiba

    Le nombre des étudiants qui ont investi, ce mardi, dès la matinée, les rues d’Alger pour réclamer le départ de tout le système et ses symboles, s’est démultiplié en ce début d’après-midi.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER