Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Alors que leurs délégués ont été reçus par le wali par intérim de Béjaïa

Les anciens commerçants des 4 Chemins investissent la rue

Les anciens commerçants des 4 Chemins ont observé, dans la matinée d’hier, un sit-in au niveau de l’échangeur de Béjaïa-ville. Le choix du lieu n’est pas fortuit.
C’est de cette intersection routière à plusieurs niveaux qu’ils ont été délogés, en mars dernier, pour livrer le projet avant le 1er avril, date d’échéance fixée par l’ancien wali de Béjaïa, Mohamed Hattab, promu depuis ministre de la Jeunesse et des Sports. L’ouvrage accusait un grand retard et il avait fallu l’implication personnelle de l’ancien wali de Béjaïa, qui avait, quelque peu, forcé la main au nouvel exécutif communal, pour que les anciens commerçants, au nombre de 54, acceptent de libérer les lieux.
Les autorités locales, à leur tête l’ancien wali Hattab, l’actuel président de l’APC, M. Merzougui, et quelques membres de son exécutif, avaient pris des engagements publics pour les relocaliser. Mais, six mois après, les commerçants sont toujours abandonnés à leur triste sort. À l'issue de leur sit-in, six des leurs ont été reçus par le wali par intérim, Toufik Mezhoud. Il a reconnu, selon Mehrez Belhocine, qui préside l’association des anciens commerçants des 4 Chemins de Béjaïa, que les autorités de la wilaya avaient tardé dans la résolution du problème. Il leur a renouvelé l’engagement des autorités de la wilaya à trouver une solution dans les délais les plus brefs. Il a appelé devant nous le président de l’APC par intérim, a ajouté Mehrez Belhocine. Mais au sortir de cette réunion avec le premier responsable de la wilaya, les anciens commerçants des 4 Chemins nous ont confié qu’ils n’étaient pas convaincus des réponses apportées à leurs doléances. “On a juste compris que ça bloque au niveau de l’assemblée. Mais on ignore les tenants et les aboutissants de cette affaire”.
Les anciens commerçants des 4 Chemins n’ont pas manqué de rappeler avec insistance qu’ils sont passés du statut de commerçant à celui de chômeur ou de “commerçant précaire”.


M. OUYOUGOUTE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER