Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Dotations budgétaires

Les budgets de l’armée et de la Présidence en hausse

Malgré la crise financière et économique, le gouvernement ne lésine pas sur la dépense lorsqu’il s’agit d’accorder à certains départements des dotations supplémentaires. L’avant-projet de loi de finances 2019, dont nous détenons une copie, augmente sensiblement le budget de fonctionnement des différents départements ministériels. Plus globalement, le budget de fonctionnement devrait progresser de 7,5% en 2019, s’établissant à 4 954,5 milliards de dinars. En 2018, ce montant est de 4 591 milliards de dinars. Une augmentation qui n’est pas énorme, mais qui prouve que la réduction du train de vie de l’État ne semble pas être la priorité. Sans surprise, c’est le budget du ministère de la Défense nationale qui se taille la part du lion dans ces prévisions budgétaires. L’armée aura besoin de 1 230 milliards de dinars (près de 11 milliards de dollars) pour son fonctionnement. Une augmentation sensible par rapport au budget de l’année en cours qui est de 1 118 milliards de dinars. Avec un budget de plus de 709 milliards de dinars, le ministère de l’Éducation nationale arrive en deuxième position des dotations budgétaires. Le département de Nouria Benghabrit gardera donc le même budget que celui de l’exercice en cours malgré les énormes besoins dont il a besoin. En revanche, le budget du ministère de l’Intérieur sera légèrement revu à la baisse puisqu’il devra s’établir, en 2019, à 416 milliards de dinars alors qu’il est actuellement de 425 milliards de dinars. À l’inverse de l’Éducation nationale, le ministère de la Santé, en proie à de graves difficultés, va croître légèrement. Il va s’établir à 398 milliards de dinars contre 392 milliards pour l’année 2018. Il en est de même pour le secteur de l’Enseignement supérieur qui verra son budget augmenter légèrement à 317 milliards de dinars contre 313 milliards actuellement. Toujours dans le registre des “gros budgets”, les dépenses du ministère des Moudjahidine vont légèrement baisser en 2019. Le gouvernement a octroyé 224 milliards de dinars à ce ministère, contre un peu plus de 225 milliards pour l’exercice en cours. Au contraire, le budget du ministère de l’Agriculture connaîtra une forte hausse puisqu’il s’établira à 235 milliards de dinars contre 211 milliards pour l’année en cours. Dans les postes de souveraineté, et au moment où les activités du chef de l’État sont réduites à très peu de choses, le budget de la présidence de la République augmentera de 7,8  milliards de dinars en 2018 à plus de 8,2 milliards de dinars l’année prochaine. Il en sera de même pour les Affaires étrangères dont la dotation budgétaire sera de 3,8 milliards de dinars, contre seulement 3,5 milliards actuellement. Le budget des services du Premier ministre a baissé très légèrement et s’établit à 4,4 milliards de dinars. S’il ne donne pas encore plus de détails, le budget d’équipement va, en revanche, se rétracter l’année prochaine par rapport à l’exercice en cours. Il va se situer à hauteur de 3 547,7 milliards de dinars contre 4 043,3 milliards pour l’exercice en cours. Mais le gouvernement ne semble pas avor encore fixé les priorités.


Ali Boukhlef


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER