Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Fake news concernant les prix du sucre

Les clarifications du P-DG de Cevital


Depuis quelques jours, des médias et des pages Facebook relaient des fake news affirmant notamment que les prix du sucre ont dégringolé sur les marchés mondiaux, alors qu’ils restent élevés en Algérie. Contacté par le site d'information TSA (Tout sur l’Algérie), Malik Rebrab, P-DG du Groupe Cevital, a apporté quelques clarifications à ce sujet. “Affirmant que le sucre n’est pas subventionné par l’État, il a tenu à clarifier dès le départ un point important”, rapporte ainsi TSA. Selon Malik Rebrab, “les propagateurs de ces fake news confondent, intentionnellement pour certains, le sucre brut, qui est une matière première, avec le sucre blanc, produit fini, résultat d’un raffinage et d’un processus industriel”.

Le P-DG de Cevital souligne que “les prix relayés par ces publications trompeuses concernent uniquement le cours boursier du jour du sucre brut (matière première). À ce coût, il convient d’ajouter d’autres dépenses incompressibles (prime physique, prime de polarisation, mise à FOB, transport jusqu’en Algérie et frais portuaires : déchargement et entreposage)”. 

À cela s’ajoutent aussi, par la suite, les coûts du processus industriel (raffinage de la matière première et emballage du produit fini). Ce processus génère, toujours selon Malik Rebrab, des coûts substantiels, sans compter les pertes incontournables de matières premières pendant la transformation. Par ailleurs, il indique que “les cours boursiers de la matière première s’expriment en cents (de dollars US) par livre et non par kilo, comme le prétendent certains (1 kilo = 2 205 livres)”.

Quant au prix du produit fini en cours en Algérie, le P-DG de Cevital affirme qu’“ils correspondent aux prix de détail et non aux prix de sortie d’usine. Le prix de détail contient généralement le prix de gros du fabricant, auquel s’ajoutent les coûts de logistique et de distribution (marge du détaillant). 

En l’occurrence, les taux de marge constatés en Algérie sont semblables aux marchés comparables”. Et d’indiquer qu’“il existe plusieurs acteurs sur le marché du sucre algérien et les prix sont de ce fait soumis à la concurrence”.

Enfin, Malik Rebrab exprime le souhait que les médias évitent de propager des informations erronées, notamment pendant cette période marquée par une forte inquiétude parmi la population.

 


R. E. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER