Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Violence dans les stades

Les constats de la DGSN

Travaux du forum, hier, à l’école de police de Châteauneuf.. © Zehani/Liberté

Les services de la DGSN ont brossé un tableau peu reluisant des infrastructures sportives, notamment les portails d’entrée, la vente de la billetterie, l’état des gradins...

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a organisé, hier, à l’école de Châteauneuf, un forum intitulé “Jeu propre et fair-play”. Les intervenants dans ce forum ont plaidé pour une politique nationale globale qui impliquerait tous les acteurs concernés pour juguler la violence dans les stades.
Le directeur de la sécurité publique (DSP), Aïssa Naïli, a estimé qu’“il était nécessaire, voire urgent, de dépasser cette crise de violence qui entache, à chaque fois, une rencontre de football. J’appelle tous les acteurs, notamment nos partenaires de la société civile, à adhérer à notre démarche pour en finir avec ce fléau, et ce, dans le respect des protocoles sécuritaires et de nos valeurs”. Révélant que la DGSN a formé, depuis le lancement de son programme en 2015, plus de 3 500 stadiers, M. Naïli a affirmé que “la DGSN travaille sur la base des recommandations des multiples forums, séminaires et autres rencontres intersectorielles pour faire face à ce phénomène. À ce jour, nous n’avons lésiné sur aucun moyen pour le succès de cette opération qui connaît des avancées très appréciables”.
De son côté, le directeur de la Police judiciaire, Ali Ferrag, a estimé que “pour freiner ce fléau, il faudra une prise de conscience collective. Les valeurs de respect du sport et de sécurité doivent prévaloir pour assainir nos stades de football”. Dans une vidéo de 10 minutes, les services de la DGSN ont dressé un tableau peu reluisant des infrastructures sportives, notamment les portails d’entrée, la vente de la billetterie, l’état des gradins et le comportement de certains jeunes chauffés à blanc par des pseudo-comités de supporters et autres dirigeants du monde footballistique. Invité à prendre la parole, l’ex-arbitre international, Abderrahmane Bergui, a fustigé la Fédération algérienne de football qui, selon lui, ne joue aucun rôle pour arrêter cette violence.
“Toutes les requêtes que j’ai adressées à la DGSN, à la Fifa et au mouvement associatif ont eu des réponses, sauf celle que j’ai envoyée
à la FAF. Si nous sommes arrivés jusqu’à interdire à nos enfants d’aller à une rencontre de football, c’est à cause des déclarations incendiaires de certains dirigeants qui appellent à la haine et des pseudo-comités de supporters qui s’érigent en organisateurs. C’est du gangstérisme !”.
M. Bergui ira jusqu’à accuser certains stadiers et fustiger les organisateurs et les instances sportives. “Nous sommes le seul pays au monde où c’est la police qui sécurise l’intérieur des stades. Nos stadiers sont devenus des videurs alors qu’ils ont des missions bien déterminées”, a encore développé cet ex-arbitre.
Abordant les efforts consentis par la DGSN pour encadrer le public et parer aux dérapages lors des matches de football, le président de l’Organisation nationale des journalistes sportifs algériens (ONJSA), Youcef Tazir, a indiqué qu’“il était temps de renforcer la législation et d’appliquer la loi dans toute sa rigueur. D’aucuns s’interrogent sur le coût qu’induisent l’encadrement d’une rencontre de football et le déploiement de policiers du matin au soir pour sécuriser les routes et le stade”.
Appelant les confrères de la presse sportive à dénoncer le discours de la haine, M. Tazir a indiqué que “certaines déclarations appellent à la division et au régionalisme, alors qu’il ne s’agissait que d’une rencontre de football. Je suis convaincu que ces discours sont l’œuvre de manipulateurs et de prédateurs de l’œuvre sportive nationale que nous devons, nous tous, protéger”.


FARID BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER