Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

ALEXANDRE ALLANIC, DIRECTEUR DE LA PLATEFORME MAROC, A “LIBERTE”

“Les constructeurs algériens favorables à la reprise Argus”

© D.R.

Les acteurs du secteur automobile sont favorables à l’instauration de la reprise des véhicules conformément aux valeurs de la cote d’occasion Largus.dz et, ainsi, mettre fin à l’anarchie qui sévit sur le marché de l’occasion. C’est ce qui ressort d’une récente réunion entre Largus.dz et les professionnels du secteur, dont les concessionnaires, les constructeurs automobiles et les experts des compagnies d’assurances.
Dans une déclaration à Liberté, Alexandre Allanic, directeur de la plateforme Maroc, a révélé que “ces professionnels, qui, par ailleurs, constituent l’écosystème de l’automobile algérien, ont été réunis dans le cadre d’une commission pour discuter des valeurs qui sont déclinées par Largus.dz. Les concessionnaires étaient venus défendre leurs marques et confirmer leurs valeurs respectives alors que les experts des compagnies d’assurances ont confirmé ces valeurs, d’autant qu’ils les pratiquent au quotidien dans le cadre des critères de remboursement des sinistres basés sur leurs propres solutions”. Lors de cette réunion, les présents ont aussi confirmé la cohésion de ces valeurs qui étaient affichées par Largus.dz.
Cette prise de contact intervient quatre mois après le lancement de Largus.dz et à quelques jours seulement de la tenue du deuxième Club-Argus qui aura lieu le 27 février à la Safex à l’occasion du salon Equip-Auto-2018. Selon M. Allanic, “il y a un bon retour pour le moment. On ira dans les fondamentaux lors du second club-Argus avec les professionnels de l’automobile, mais aussi avec tout l’écosystème invité au débat. On va également discuter des perspectives du véhicule d’occasion en Algérie avec un regard différent et multiple en incluant les compagnies d’assurances, les experts et les compagnies d’assistance qui génèrent la garantie”. Aux yeux de notre interlocuteur, cette symbiose s’ajoute aux particuliers qui ont été “très favorables” aux valeurs de la cote Largus.dz, et ce, malgré les tarifs affichés sur le marché parallèle.
À la question de savoir justement comment cette plateforme devra se comporter face à la sspéculation, M. Allanic a indiqué que “c’est le contexte actuel du marché qui favorise la spéculation. En fait, nous cherchons une cohésion des valeurs. Car il y a, actuellement, des inflations parfois illogiques sur le marché”. De son côté, le fondateur et gérant de Largus.dz, Mourad Saadi, a affirmé que “Largus.dz propose des valeurs pour les professionnels. Ce sont des valeurs de reprise chez un professionnel et non des valeurs de particulier à particulier”. En attendant le cahier des charges que le gouvernement devra promulguer au courant de l’année 2018 pour réglementer le marché du véhicule d’occasion qui pèse deux fois plus que le véhicule neuf et qui est estimé à près d’un million d’unités, M. Saadi a indiqué que “le simple citoyen ne peut même pas s’offrir une voiture d’occasion à cause des prix affichés alors que le Trésor public ne gagne rien dans ces transactions. La structuration de ce marché permettra la création d’emplois, générera des taxes et procurera la sécurité à l’acheteur”. Selon un sondage effectué par Largus.dz, 67% des votants sont pour l’achat d’un véhicule d’occasion aux normes et aux valeurs proposées par cette cote d’occasion en Algérie. Pour l’année 2018, Largus.dz a prévu l’intégration d’informations techniques sur les véhicules cotés, d’un contenu journalistique et d’un certificat de garantie sur la valeur.


FARID BELGACEM

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 18/02/2018 à 7h35

C'est pas difficile. Une voiture perd de sa valeur 11 % par an et pour le kilométrage c'est 25 000 km par an, pour un diesel et 15 000 km par an, pour une essence. Il y a donc une moins - value ou une plus - value qui s’opère fois un coefficient multiplicateur pour déterminer le prix approximatif. A cela, s'ajoute les options du véhicule : radio cd, 04 roues motrices, GPS, climatisation, alarme, sièges en cuir qui donnent une plus - value au prix de la voiture.

Commentaires
1 réactions