Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Parlant de la fitna entre sunnites et chiites

Les craintes de Lakhdar Brahimi à l’endroit du Maghreb

C’est un Lakhdar Brahimi qui est apparu et qui est intervenu gravement, ce jeudi à Oran, en évoquant la situation de guerre, de conflit, de chaos régnant dans bien des pays arabes, en raison de l’antagonisme sunnites et chiites, parlant de fitna.
En effet, l’ex-diplomate et envoyé spécial de l’ONU se trouvait à Oran à l’occasion d’une cérémonie où il a été fait docteur honoris causa par l’université d’Oran 1 Ahmed-Ben Bella. Dans son allocution, le diplomate évoquera longuement la situation qui prévaut dans les pays arabes comme la Syrie, l’Irak ou encore la Libye, le Yémen, ajoutant que cette partie du monde était confrontée “à la période la plus difficile de son histoire” en raison, notamment, de la fitna entre sunnites et chiites, et de l’extrémisme religieux. D’ailleurs, pour ce qui est de la Syrie ou de l’Irak, Lakhdar Brahimi, bien au fait de la situation sur place, rappelle que ces situations de chaos ont pour conséquences d’avoir plongé les peuples dans la souffrance et la misère, avec les millions de déplacés.
Plus loin, en parlant de cet antagonisme et de la fitna sunnites et chiites, l’orateur estimera que cela a amené l’intervention de forces étrangères occidentales ou de pays riverains. Derrière, selon l’ex-diplomate, il est évident que des enjeux géopolitiques aux contours religieux  sont la cause de cette situation. Expliquant encore que l’extrémisme religieux, comme en Égypte et en Irak, entre autres, provoque des divisions ethniques et religieuses mettant en danger les États et l’unité des peuples, ajoutant qu’en Égypte, il n’a jamais pu faire de distinction entre coptes et
musulmans.
Pour l’intervenant, la fitna sunnites et chiites est une menace qui ne relève pas de l’utopie, s’agissant du Maghreb. Il enjoindra les dirigeants maghrébins à prendre conscience de cette menace, de ce risque de voir nos populations poussées, elles aussi, à l’affrontement religieux.
Il demandera encore aux universitaires, présents dans la salle, de se pencher sur ces faits et de mener des travaux pour mieux cerner le phénomène et l’appréhender.
Il n’omettra pas encore de réagir au dernier attentat en Angleterre (Manschester) en déclarant : “Nous devons élever nos voix pour dire que nous rejetons l’extrémisme religieux, le fanatisme et le terrorisme, qui sont étrangers à notre religion.”

D. LOUKIL

ARTICLES CONNEXES

  • LE nouvel exécutif a été nommé jeudi
    Gouvernement La rupture n’y est pas

    Gouvernement La rupture n’y est pas

  • Entrée symbolique du MPA et de TAJ au gouvernement
    Sellal-partis politiques : l’inutile casting

    Il semble que l’échec des pourparlers avec le MSP a perturbé le pouvoir dans sa tentative d’ouverture sur la classe politique, sur un de ses segments pour être plus exact.

  • Actualité
    Liste du nouveau gouvernement

    Le président de la République a nommé jeudi les membres du nouveau gouvernement, conduit par le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué un communiqué de la présidence de la République(...)


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER