Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Ils se sont rassemblés hier devant le siège de l’entreprise

Les créanciers de la SDE Béjaïa protestent

La SDE doit quelque 166 milliards de centimes à 32 entrepreneurs.

Une quarantaine d’entrepreneurs, créanciers de la Société de distribution d’électricité et du gaz (SDE) de Béjaïa, ont organisé hier un rassemblement devant le siège de l'entreprise, filiale du groupe Sonelgaz. Ils réclament le paiement de leurs factures qui sont, selon les protestataires, en instance depuis juillet 2016. Et ils ne sont pas à leur première action ; la presse a eu à rendre compte de leurs rassemblements et de leurs déclarations. Les mécontents ont fait savoir que les créances, détenues auprès de la SDE, s’élèveraient à pas moins de 200 milliards de dinars. “Les mises en demeure, adressées à la SDE et les multiples réclamations formulées, sont restées sans échos”, ont-ils rappelé avec insistance.
Et la situation qui perdure pénalise fortement ces entreprises, qui opèrent dans plusieurs localités de la wilaya ; dans 38 communes plus exactement. Selon les entrepreneurs, les difficultés financières les ont contraints de se passer des services de leurs ouvriers. “Des entrepreneurs ont dû vendre leur matériel pour faire face aux différentes charges”, ont-ils également indiqué.
À noter par ailleurs que la SDE de Béjaïa se défend en rappelant qu'elle-même ne cumule pas moins de 266 milliards de dinars de créances auprès de ses clients ; des sommes, qui tardent à être recouvrées en dépit, rappelle-t-on, d’un plan de recouvrement des créances, appelé Tahsil, lancé au début de l’année écoulée.
Selon les responsables de cette entreprise, le gros des créances est détenu par les ménages alors que
95 milliards de dinars sont détenus par les collectivités locales et les administrations publiques. Il y a lieu de rappeler qu’il s’agit de projets inscrits dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014. Lors de leur rencontre avec le directeur de la SDE-DD Béjaïa, il y a quelques mois de cela, selon
M. Remila, “les 75% du montant financier représentent la participation de l’État via le Trésor public”. Il faut dire que les créances de la SDE-DD Béjaïa sont énormes. 
En effet, quelque 166 800 000 000 de centimes sont dus par la SDE rien qu’aux 32 entrepreneurs présents à la réunion. 25% de cette somme, explique M. Remila, sont à la charge de la SDE et les 75% restants représentent la participation de l’État à l’opération d’alimentation des foyers en gaz naturel. Le directeur de la distribution avait déclaré, sur les ondes de la radio locale, qu’il ne peut honorer les factures tant qu’il n’a pas reçu l’argent de l’État.
Aussi, les entrepreneurs, pour ne pas être asphyxiés financièrement, ont demandé le remplacement de la caution de bonne exécution — qui est de 5% et qui est avancée par les entrepreneurs — par une caution de garantie, de sorte qu’elle puisse être remboursée aux entrepreneurs suivant les travaux réalisés.


H. Kabir


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER