Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Dans la perspective d’une conférence nationale de sortie de crise

Les dynamiques de la société civile ont rencontré 11 partis politiques

Meziane Meriane, coordinateur national du Snapest. © Louiza Ammi/Archives Liberté

Il est exigé le départ du reste des symboles du système, la libération des détenus d’opinion et des militants du mouvement populaire et la fin des arrestations et des poursuites judiciaires à leur encontre.

Les dynamiques de la société civile ont tenu une série de rencontres de concertation avec des chefs de parti et des acteurs politiques, en application de la principale résolution de la conférence de la société civile du 15 juin dernier, portant sur l’organisation d’une conférence nationale pour la mise en œuvre de leur initiative de sortie de crise du pays. 

Au 28 juillet dernier, la délégation de la société civile a été reçue par les responsables de 11 partis politiques, est-il indiqué dans un communiqué rendu public hier, qui cite notamment le Mouvement de la société pour la paix (MSP), le Front pour la justice et le développement (El-Adala), Talaie El-Houriat, le Front des forces socialistes (FFS), Jil Jadid, l’Union des forces démocratiques et sociales, le Mouvement El-Bina, Fajr El-Djadid, le Parti de l'union pour le changement (PUC), le Parti des travailleurs (PT) et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD).

“La résolution avec laquelle on est sorti le 15 juin est de prendre contact avec les partis politiques pour aller vers une conférence nationale commune qui regroupera tous les partis politiques et les dynamiques de la société civile, et dans cette optique, on est en train de rencontrer les partis afin de rapprocher les points de vue”, a indiqué M. Meriane, coordinateur national du Snapest et membre de la Confédération des syndicats algériens. Interrogé au sujet du bilan des rencontres avec les partis politiques, Meziane Meriane a, toutefois, relevé “une divergence de taille entre ceux qui demandent une élection présidentielle directe et ceux qui revendiquent une conférence nationale pour aller vers une constituante, pour ensuite aller vers la présidentielle”.

Et si le pouvoir a déjà tranché et appelle à une conférence, “ce sera uniquement sur les modalités des présidentielles, non pas pour discuter.  Si c’est balisé d’avance, pour aller vers une présidentielle, je dirai que le degré de manœuvre est limité”, a-t-il estimé. Et ce, avant de préconiser : “Laissons libres les gens d’avancer leurs arguments ; en fonction des arguments, on saura quoi faire dans l’intérêt de l’Algérie.” Quant aux invitations lancées aux personnalités par le panel de médiation et du dialogue, Meziane Meriane s’est interrogé : “Personnellement, je ne sais pas qui invite qui, et sur quels critères, par affinité ou par amitié.”

Dans leur communiqué, les représentants des dynamiques de la société civile ont réaffirmé l’“attachement à l’option d’un dialogue sérieux et responsable pour résoudre la crise politique du pays et réaliser la transition démocratique basée sur la souveraineté populaire”, en rappelant leurs exigences, à commencer par le départ du reste des symboles du système actuel, la libération des détenus d’opinion et de militants du mouvement populaire et la fin de la politique d’arrestations et de poursuites judiciaires à leur encontre.

Ils réclament également la levée de toutes les restrictions sur les espaces publics et le mouvement populaire pacifique, ainsi que celles imposées aux médias. Enfin, ils réaffirment leur soutien inconditionnel et réitèrent leur volonté permanente d’accompagner et de participer pleinement au mouvement populaire pacifique.
 

A. R.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER