Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Bouzeguène (Tizi Ouzou)

Les habitants de Mehagga ferment les sièges de l’APC et de la daïra

Les habitants du village Mehagga, dans la commune d’Idjeur, ont procédé, depuis mercredi dernier, à la fermeture de l’APC d’Idjeur et de la daïra de Bouzeguène pour une durée illimitée, et cela jusqu’à satisfaction de leurs revendications.
À travers leur action, ces habitants en colère réclament, ni plus ni moins, leur part de développement, notamment des PCD desquels ils se sentent écartés, et aussi le raccordement de l’antenne administrative communale (annexe de commune) à la fibre optique.
Dans une lettre ouverte datée du 23 juin dernier, adressée au président de l’APC et dont une copie est destinée au chef de daïra de Bouzeguène, le comité du village avait fixé un ultimatum aux responsables locaux, jusqu’à mardi dernier 26 juin, pour donner une réponse à leurs revendications. À défaut, les sièges de l’APC et de la daïra seraient irrémédiablement bloqués, avait-il prévenu.
C’est ce que les villageois ont mis à exécution, mercredi. Depuis, le blocage se poursuit. Les villageois considèrent que les autorités locales ont failli à leurs responsabilités. “Les autorités ont fait la sourde oreille à nos légitimes revendications”, ont-ils écrit. Les villageois considèrent leur action comme juste et légitime et jurent qu’ils ne plieront pas jusqu’à la concrétisation de leurs revendications.
Le village de Mehagga, situé à l’orée de la forêt de l’Akfadou et qui compte plus de 4 000 habitants, a payé un lourd tribut durant la guerre de Libération nationale et a souffert des affres du terrorisme. Durant la décennie noire, plusieurs familles ont été endeuillées. Pas moins de sept jeunes ont péri dans le périmètre du territoire communal, durant cette période-là, mais cela n’a jamais découragé les habitants à s’inscrire pleinement dans la résistance au terrorisme.

KAMEL NATH OUKACI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER