Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

47e vendredi à Alger

Les manifestants bravent la répression et le mauvais temps

Photo : Sihem Benmalek

Le 47e vendredi de marche contre le système à Alger a débuté dans une ambiance quelque peu tendue.

Les services de police, déployés en plus grand nombre que la semaine passée, ont tenté d’empêcher les premiers rassemblements formés vers midi, à hauteur de la rue Didouche Mourad, notamment devant le siège du RCD et au coin de l’Avenue Victor Hugo. 

Les quelques interpellations opérées par la police n’ont pas cependant découragés les manifestants, qui ont fait preuve de résistance devant la répression.

Mais avec la grande foule de 14h, les choses sont vites rentrées dans l’ordre, et les manifestants, par milliers, ont marché vers la Grande poste en scandant «assegass amegass el hirak rahou labes (bonne année, le hirak se porte bien) », en référence au nouvel an berbère. 

Fait nouveau, des fourgons blindés de la police ont été placés sur les deux abords de la rue Asselah Hocine, pour entasser les manifestants et réduire la visibilité de la procession humaine en provenance de la Casbah et de Bab El Oued.

© Sihem BENMALEK

Même stratagème a été adopté à hauteur de la rue Hassiba Ben Bouali, où une foule nombreuse arrivait du 1er mai et de Belouizdad, bravant la pluie et le mauvais temps.

Ainsi, les algérois, qui ont marché de différents quartiers de la capitale vers le centre, se sont donnés rendez-vous entre la Place Audin et la Grande Poste, un périmètre resté noir de monde jusqu’à 16h passées, et où les manifestants entonnaient «9oulna l3issaba t’rouh, ya h’na ya n’touma (on a dit que la bande doit partir, c’est soit vous, soit nous) ».

Rédaction Web 

 


ARTICLES CONNEXES

  • [Vidéos] En dépit des arrestations et des violences policières
    Les étudiants en force au 52e mardi à Alger

    A la veille de l’anniversaire de l’an « I » du hirak, les étudiants ont manifesté par milliers dans le rue d’Alger, pour le 52e mardi consécutif, réclamant ainsi un changement profond du système.

  • 52e vendredi à Alger
    L’hommage de la rue au procureur adjoint Mohamed Belhadi

    Les algérois ont manifesté par milliers pour le 52e vendredi consécutif, appelant à un «changement profond du système», comme l’exprimaient les différentes pancartes et banderoles portées le long de la marche, dans les rues du centre de la capitale.

  • 51e manifestation populaire à Alger
    Le hirak maintient la pression

    Des milliers de manifestants ont investi le centre-ville d’Alger, ce vendredi, pour participer à la 51e marche consécutive contre le système.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER