Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Actualité

Ouled Aïssa (Boumerdès)

Les occupants des chalets observent un sit-in devant la daïra

Des citoyens d’Ouled Aïssa ont fermé la daïra de Naciria, hier matin, pour revendiquer des logements sociaux. Les contestataires font partie des 62 familles qui habitent toujours dans des chalets dans la commune d’Ouled Aïssa à l’extrême-est de la wilaya Boumerdès.
La grogne de ces citoyens est survenue la veille d’une grande opération de relogement sur le territoire de la wilaya, qui va toucher plus de 1 800 familles résidant dans des chalets.
Ces opérations qui vont commencer à partir d’aujourd’hui (8 mars), notamment à Figuier, dans la commune de Boumerdès, puis le 19 mars à Bordj Menaïel, visent à éradiquer tous les chalets installés au lendemain du séisme de 2003. Cependant, les 62 familles d’Ouled Aïssa ne figurent sur aucune des listes des bénéficiaires des programmes de relogement.
Un des protestataires nous a affirmé que les concernés ont, à maintes reprises, eu des promesses des responsables de la daïra pour être relogés au premier trimestre de l’année en cours dans l’un des programmes de logements sociaux à Naciria, mais, assure-t-il, “rien n’a été fait”. Interrogé à ce sujet, le P/APC d’Ouled Aïssa, M. Kebbour, affirme avoir reçu, dans son bureau, les protestataires. “J’ai reçu dans mon bureau les représentants des chalets plus de 6 fois, nous leur avons proposé de bénéficier du programme de l’habitat rural, chose qu’ils ont refusée, et à chaque fois, ils nous demandent des logements sociaux”, nous a-t-il confié, précisant qu’un programme de 400 logements sociaux a été inscrit depuis quelques années déjà, mais l’entreprise chargée de la réalisation n’as pas encore entamé les travaux.
Sollicité par nos soins pour apporter des éclaircissements sur cette affaire, le chef de daïra et son secrétaire général n’ont pas voulu répondre à nos questions.

N. OUHIB


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER