Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

AMARA BENYOUNÈS A SETIF

“Les partis doivent participer au débat économique”

“Tout le monde, dont l’opposition et les experts nationaux, critique le recours du gouvernement Ouyahia à la planche à billets cependant personne y compris les experts du FMI, n’a osé proposer une solution meilleure. Vous êtes contre ! C’est votre droit mais donnez nous des solutions !”, dira le secrétaire général du MPA, Amara Benyounès, lors d’un meeting populaire animé hier matin à la salle de conférences de la maison de culture Houari-Boumediene de Sétif. Et de renchérir : “Dans notre cas, il n’y a que trois modes de financement. Le financement par le recours aux impôts, l’endettement, ou bien la planche à billets. C’est cette dernière option qui a été choisie par le gouvernement”. Le premier responsable du MPA a par ailleurs souligné qu’il est grand temps de revoir notre économie. Pour créer des postes d’emploi et de la richesse, Amara Benyounès a préconisé de revoir le système économique en engageant des réformes profondes basées sur l’investissement privé. “Dans certaines wilayas, dont Sétif et BBA, cette dynamique est un tant soit peu suivie. L’État ne doit plus investir dans certains créneaux. Le temps du socialisme est révolu. Ce dernier a montré ses limites. Il a échoué partout comment voulez-vous qu’il réussisse en Algérie”, s’est interrogé Benyounès qui a insisté sur la valorisation du travail, devant une salle archicomble tout en appelant les partis politiques à un débat économique. “Que les partis politiques le veuillent ou non, il est nécessaire d’ouvrir et participer à un grand débat économique qui prendra en considération les deux paramètres inhérents à l’efficacité économique et la justice sociale”, dira-t-il. Sur un autre volet, l’hôte de Sétif, n’a pas mâché ses mots pour ouvrir le feu sur le FLN. “Il est temps de sortir de la légitimité historique à la légitimité démocratique. ça suffit ! Personne n’est habilité à nous donner des leçons de patriotisme et nous ne voulons pas de surenchère. Ce sont tous les Algériens qui ont libéré et construit le pays. Parlons d’avenir et pas de passé”, a-t-il renchéri en insistant sur le fait qu’il faut faire la différence entre le Front de libération nationale et le parti du Front de libération nationale. Pour ce qui est du prochain scrutin, l’ancien membre du gouvernement a indiqué que les élections locales sont plus importantes que les législatives car les citoyens ont une relation directe avec ceux qu’ils ont choisis. “Nous devons inverser les rôles en donnant la priorité aux élus et non aux fonctionnaires de l’État. Le P/APC doit être le premier magistrat de la ville. C’est le même principe que le président de la République. Il doit avoir plus de prérogatives pour gérer son APC tout en étant au service du peuple”, a plaidé l’ancien ministre du Commerce.


F. SENOUSSAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER