Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Ils demandent le départ du directeur de wilaya

Les pompiers d’Oran protestent

Les agents et des cadres de la Protection civile ont décidé de passer la nuit dans la rue jusqu’à satisfaction de leurs revendications.

Un sit-in a été organisé, hier matin, par les éléments et les cadres de la Protection civile d’Oran devant le siège de la direction de wilaya sise à la cité Émir-Abdelkader pour protester contre les conditions de travail et le mauvais comportement du premier responsable du secteur.
Les protestataires, manifestant leur colère, ont exigé le départ de Mohamed Ferroukhi, le directeur de wilaya de la Protection civile d’Oran, insistant sur la nécessité de dépêcher une commission d’enquête d’Alger pour enquêter sur ce qu’ils qualifient de détournements, mauvaise gestion et de mauvais traitements des agents et des cadres de la Protection civile. Ils ont décidé, par ailleurs, de passer la nuit dans la rue jusqu’à satisfaction de leurs revendications.
Les protestataires dénoncent le non-respect des symboles révolutionnaires de la ville, des lois et procédures en vigueur, en particulier en ce qui concerne les “mutations arbitraires”, les congés annuels et des compensations des heures supplémentaires de travail. Pour sa part, le colonel Ferroukhi a indiqué que toutes les déclarations des manifestants sont sans fondement, expliquant que les congés annuels sont soumis à une réglementation spéciale, en fonction des interventions, particulièrement pendant la saison estivale. Il a également tenu à réfuter les accusations portées contre lui par les manifestants, affirmant  qu’il n’a jamais porté atteinte aux symboles de la ville, précisant qu’un tel comportement ne pourrait être le fait d’un fonctionnaire dans son poste, sacrifiant 42 ans de sa vie au service de la Protection civile. Il a aussi expliqué que cette protestation survient après l'application des lois en vigueur que certains ont rejetées. Quant aux mutations dénoncées par les protestataires, il expliquera qu’elles répondent aux exigences des unités, ajoutant qu'il n'a reçu aucune demande de réception des manifestants. Au contraire, répondra-t-il, “j’ai été victime de lettres d’insultes anonymes mettant en cause mon intégrité et la dignité de ma famille”.
Le directeur de wilaya de la Protection civile d’Oran a déposé une plainte auprès du procureur de la République qui aurait ouvert une enquête, convoquant un certain nombre d'agents, y compris, selon lui, un agent suspendu il y a un mois, qui serait derrière ce mouvement illégal.

Ayoub A.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER