Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Actualité

Réunion ministre de l’éducation-Cnapeste

Les retombées de la crise d’abord

Nouria Benghabrit, ministre de l’Éducation nationale. © D.R

426 enseignants sur un total de 19 000 grévistes au niveau national n'ont toujours pas été réintégrés.

Comme annoncé dans le sillage de l’arrêt de la longue grève dans le secteur de l’éducation, la ministre de l’Éducation nationale, Mme Nouria Benghabrit, s’est réunie, hier, avec les représentants du bureau national du Cnapeste. Entamée en début d’après-midi, la réunion devait se pencher sur les doléances et les préoccupations exprimées par le syndicat.
Des revendications que le coordonnateur national du Cnapeste, Salim Oualha, s’est chargé de rappeler hier, et qui consistent, notamment, en l'exécution du PV national signé le 19 mai 2015. Selon M. Oualha, il est question, également, de la création d'une commission mixte chargée de fixer le nombre de postes et les modalités de promotion aux grades nouvellement créés (enseignant  principal et enseignant formateur), qui sera opérationnelle à partir du 7 mars en cours, tandis que l'approbation des promotions est prévue avant fin 2018. Le syndicat réclamera au ministère “des garanties en vue d'assurer le  droit à la promotion à tous les enseignants remplissant les principales conditions, à savoir l’installation officielle des structures de la médecine de travail, d'une formule de logement adaptée aux enseignants, de la comptabilisation des années d'études
effectuées dans des Écoles normales supérieures (ENS) au sein de la carrière professionnelle et de la retraite, de l'inventaire des biens des œuvres sociales et du droit à la prime d'excellence et à celle du Sud calculées sur la base de l'actuelle grille des salaires”. Mais avant tout, les deux parties devraient convenir d’un règlement des situations provoquées par la grève, notamment la question de la réintégration des enseignants radiés, mais également de celle des salaires impayés. S’exprimant, hier, la ministre de l’Éducation nationale a indiqué que seuls 426 enseignants sur un total de 19 000 enseignants grévistes au niveau national n'ont
pas été réintégrés, car n'ayant pas introduit de recours pour la régularisation de leur situation auprès de leurs établissements ou auprès des directions de l'éducation, pour leur examen par la commission paritaire, en vue de leur réintégration. Elle a révélé en outre que le nombre d’enseignants ayant pris part à la grève lancée le 30 janvier dernier n’a pas dépassé les 27 000 sur les 465 000 à l’échelle nationale, soit un taux de 5%, selon Mme Benghabrit. La ministre a précisé que les cas de radiation, qui sont au niveau du contrôleur financier et qui concernent la wilaya de Blida, sont les seuls “à ce jour, qui n'ont pas été totalement régularisés”. “Sur les 580 enseignants concernés par ces décisions, 154 seulement ont été réintégrés à ce jour, le reste n'ayant pas introduit de recours”, a-t-elle expliqué, avant d'appeler les enseignants concernés à “introduire un recours dans les plus brefs délais”.   


A. R.
amar.rafa@liberte-algerie.
com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER