Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

LES SAISIES ET LES ARRESTATIONS SE POURSUIVENT DANS LES AÉROPORTS

Les trafiquants de devises bravent la PAF et la douane

Le renforcement des mesures au niveau des aéroports d’Algérie, à l’aérogare Houari-Boumediene d’Alger, notamment des brigades des frontières aériennes aux aéroports, relevant de la direction de la Police de l’air et des frontières (PAF) et des unités des douanes algériennes, ne décourage pas les réseaux spécialisés dans le transfert de devises vers l’étranger de poursuivre leur activité illégale.
En effet, ce week-end, les éléments de la PAF ont intercepté deux individus en possession de 130 000 euros. Le premier mis en cause a été intercepté au terminal 1 de cet aéroport alors qu’il s’apprêtait à embarquer vers  Malaga en
Espagne. Cet individu, la quarantaine, venait d’effectuer son enregistrement et s’apprêtait à rejoindre la salle d’embarquement. Passé à la fouille, les policiers
ont découvert la coquette somme de 100 000 euros, en coupures
de 500 euros, enfouie dans sa
sacoche.
Passeur de son état, ce passager a été remis aux mains de la police judiciaire, pour les besoins de l’enquête. L’alerte donnée pour signaler l’arrestation de ce passeur, les policiers ont intercepté un autre individu qui allait quitter le territoire national à destination de Bamako, au Mali.
À l’inverse du premier passeur résident à Alger, le second, âgé de 20 ans, est originaire du Mali et a été recruté par les réseaux chargés de transférer des devises en contrepartie d’une commission et d’une prise en charge.
Le mis en cause a été remis aux mains des enquêteurs qui tenteront de déterminer l’origine de ces fonds. Autrement dit, révèle notre source, “le point commun entre les personnes arrêtées ces derniers jours réside dans le fait que ce sont tous des passeurs”. Lors de leur audition, les mis en cause ont tous argué qu’ils ne connaissaient pas leurs fournisseurs.

FARID BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER