Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Actualité

Des enregistrements sur 18 mois en cours d’analyse par la gendarmerie

Les vidéos de Kamel Chikhi allongent la liste des inculpés

Kamel Chikhi, le principal accusé dans l’affaire de la cocaïne saisie à Oran. ©D. R.

Douze cadres des services de l’urbanisme et du foncier d’Alger ont été placés sous mandat de dépôt, avant-hier, après plus de huit heures d’auditions menées par le juge de la neuvième chambre du pôle pénal spécialisé du tribunal de Sidi M’hamed.

Vent de panique dans l’entourage de l’importateur et promoteur immobilier Kamel Chikhi. L’exploitation graduelle des enregistrements vidéo, des données récupérées dans les ordinateurs et des communications téléphoniques par les experts de l’Institut national de criminologie permet chaque jour d’identifier de nouvelles personnes impliquées dans ce réseau de corruption révélé en marge de l’instruction autour des 701 kg de cocaïne saisis le 29 mai dernier au port d’Oran. Ce matériel récupéré  par les services de sécurité, lors des perquisitions opérées au niveau des entreprises et dépôts de l’homme d’affaires, contient des enregistrements s’étalant sur une année et  demie, apprend-on de sources judiciaires. C’est ainsi qu’au bout de plus de huit heures d’auditions menées par le juge de la neuvième chambre du pole pénal spécialisé du tribunal de Sidi M’hamed, 12 cadres des services de l’urbanisme et du foncier d’Alger ont été mis sous mandat de dépôt, avant-hier en fin d’après-midi.
Il s’agit d’un architecte de la Direction de l’urbanisme d’Alger, d’un cadre de la Conservation foncière de Bouzaréah, de deux contrôleurs   de la Conservation foncière d’Hussein-Dey et des chefs de service de l’urbanisme de plusieurs communes d’Alger, dont Kouba, Aïn Benian, Hydra, Chéraga et Draria. D’autres  personnes citées durant ces interrogatoires seront présentées jeudi ou vendredi prochains  devant la justice. Ces inculpations entrent dans le cadre de l’instruction en cours pour corruption, abus de fonction et d’indus avantages liés aux activités immobilières de Kamel Chikhi. Les prévenus auraient aidé ce dernier à contourner et même à violer la loi pour acquérir des assiettes foncières et des autorisations d’extension d’une vingtaine de projets immobiliers dans la capitale. Certains sont toujours en cours et d’autres achevés. Jeudi dernier, six autres prévenus, en l’occurrence le fils d’un ancien wali de Relizane, le fils de l’ex-Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, l’ancien président de l’APC de Ben Aknoun, le procureur du tribunal de Boudouaou et son adjoint, ainsi qu’un  chauffeur du parc automobile de la DGSN ont été placés en détention, après une confrontation devant le juge, avec le promoteur immobilier. Deux magistrats ont été placés sous contrôle judiciaire. Cela étant, la question qui reste posée est de savoir pourquoi Kamel Chikhi enregistrait et filmait systématiquement ses conversations avec ses complices dans la justice, les conservations foncières, l’urbanisme et l’administration locale ? Voulait-il les utiliser comme arme de chantage ? Pour l’instant, les investigations en cours de la justice n’ont pas répondu avec précision à ces interrogations qui  pourraient nous édifier davantage sur ce dossier. Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, qui a animé une conférence de presse  lundi dernier, en marge des travaux de l’APN, ne nous a pas, non plus, éclairés sur l’instruction judiciaire autour d’une suspicion de blanchiment d’argent, à travers les projets immobiliers  lancés par Kamel Chikhi dans la capitale. Pourquoi a-t-il fallu la saisie de la drogue dure  pour révéler l’existence de cette enquête judiciaire, pourtant en cours depuis déjà de nombreux mois ?

Nissa H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
Brahms le 27/06/2018 à 15h46

Avoir des relations c'est bien jolie tout ça mais cela coûte une fortune à entretenir un tel réseau (restaurants, soirées, gala, concerts, mariages, festivités, argent coulant à flots) mais un beau jour tout s'arrête, on redescend vite de son nuage (perquisitions, saisies bancaires, saisies de la maison, des appartements, des voitures). La roue tourne, on se croit le plus malin, le plus rusé, on va passer entre les mailles du filet mais quand c'est la fin, c'est ça.

Brahms le 27/06/2018 à 20h36

Le téléphone portable, le smartphone sont pratiques dans la vie de tous les jours mais quand vous faîtes des bêtises, ils deviennent des mouchards (espions - indics). Et, même si vous effacez les numéros de téléphones avec la touche(supprimer)il y a du matériel sophistiqué qui peut reprendre la mémoire et ressortir tous les numéros(appelés). Il y a aussi les antennes sur les toits qui savent d'où la personne appel ainsi que les fadettes vis à vis des opérateurs qui ont une traçabilité.

Commentaires
2 réactions