Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Il gèle les activités des comités de mosquée

L’offensive antisalafiste de Mohamed Aïssa

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa. ©Archives Liberté

Le ministre des Affaires religieuses fait part de “tentatives insistantes d’accaparer des perchoirs de mosquées” et précise que “cela est l’œuvre d’extrémistes qui ont réussi à infiltrer des groupes qui, initialement, étaient pacifistes”.

Confronté à la montée du courant wahhabite et salafiste dans les mosquées, le ministre des Affaires religieuses a décidé de réagir. Mohamed Aïssa a, en effet, décidé de geler le renouvellement des “comités de mosquée”. Dans un court texte posté sur sa page facebook, le ministre des Affaires religieuses a indiqué que “c’est parce que le renouvellement de ces comités est devenu un danger pour les imams” et que le renouvellement des comités de mosquée “se fait dans l’anarchie, les tiraillements et la violation de la sacralité de ces lieux de culte”.
La décision du ministre des Affaires religieuses est intervenue suite à des escarmouches signalées lors du renouvellement de certains comités de mosquée.
C’est le cas de la wilaya de Chlef où, dans certains lieux de culte, le renouvellement de ces associations, qui s’occupent notamment de l’entretien des mosquées, a donné lieu à des batailles rangées entre des partisans de différentes tendances religieuses.
Les salafistes voulant toujours avoir de l’influence sur les lieux de culte, n’hésitent pas à utiliser la violence. Cela s’est passé récemment à Aïn-Naâdja, à Alger, où un imam a été poignardé. Un autre fonctionnaire des Affaires religieuses a été assassiné à Tigzirt, dans la wilaya de Tizi Ouzou, par un salafiste. Les deux hommes n’étaient pas d’accord sur l’explication d’un fait religieux. L’assaut des salafistes sur les mosquées semblent être la motivation principale de Mohamed Aïssa. Le ministre des Affaires religieuses révèle, lui-même, des “tentatives insistantes d’accaparer des perchoirs de mosquées”. Cela est l’œuvre “d’extrémistes qui ont réussi à infiltrer des groupes qui étaient, initialement, pacifistes”, écrit Mohamed Aïssa sur sa page. Le ministre souligne que cet extrémisme a poussé jusqu’à l’assassinat de deux imams.
Le membre du gouvernement ne cite pas le lieu où cela s’est produit. Mais il précise que la justice a été saisie.
Outre les comités de mosquée, le ministre révèle que ces “extrémistes” veulent accaparer des mosquées de la République par d’autres moyens. Il cite, entre autres, l’utilisation des tribunes des mosquées, des comités de ces lieux de culte, des associations, des réseaux sociaux et même de certains médias pour la promotion d’idées extrémistes. M. Aïssa ne cite pas de quel courant il s’agit. Mais l’allusion au salafisme est très claire. Nette. Pour mieux illustrer la gravité de son propos, Mohamed Aïssa rappelle le temps où les obscurantistes utilisaient les tribunes de Head Park, à Londres, pour prêcher un discours haineux. Les mosquées algériennes étaient devenues, durant les années 1990, un “Head Park” ce qui “nous a coûté très cher”.
Le ministre évoque ici des dirigeants du FIS qui utilisaient les mosquées pour diffuser leur discours politique. “Aucune mosquée du pays ne deviendra Head Park… Les mosquées de la République seront protégées par la République”, a noté le ministre qui semble défier ses adversaires.
Le ministre des Affaires religieuses a déjà annoncé que son département allait s’attaquer à ceux qui veulent pousser le pays à “retourner aux années 1990”. Seuls les courants salafiste et wahhabite poussent dans ce sens.

Ali Boukhlef


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
3 réactions
Almountassar le 02/07/2018 à 17h15

C’est Hyde Park et non head park qui n’existe pas.

yennayer le 03/07/2018 à 7h31

Bravo Mr Aissa ! nous devons tous lutter contre ces salafistes -wahhabite violents voulant faire du mal à notre pays. Ils veulent mettre notre chère Algérie KO en important un islam saoudien des ténèbres et archaïque. Nous sommes des algériens et non des saoudiens. Nous sommes indépendants et ce n'est pas aux salafistes saoudiens de nous montrer l'islam. Ne nous voulons pas d'Arabie saoudite chez nous. Soutenons notre ministre et Dieu vous bénisse contre l'obscurantisme. Vive l'Algérie Libre !

yennayer le 03/07/2018 à 15h16

Bravo à Monsieur le ministre ! en tant qu'algérien, je suis contre toutes formes d'intolérances religieuses salafistes wahhabite où autres. Nous avons payer un lourd tribus par le passé. Nous voulons vivre un islam des lumières et un islam de paix et non de guerre. Nous devons lutter tous ensemble pour cet objectif et une Algérie forte et moderne. Oui je soutiens notre ministre pour son initiale. Vive l'Algérie libre.

Commentaires
3 réactions