Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

amar ghoul appelle à une conférence nationale inclusive sous l’égide de bouteflika

L’offre surprise du régime

Amar Ghoul, président de TAJ. © billel Zehani/Liberté

Le président de TAJ a surpris tout son monde avec l’annonce de son initiative de conférence nationale pour un consensus. Une opération, suivant son propos, qui relègue la présidentielle de 2019, un événement politique majeur, en position d’événement secondaire.

Connu pour sa prudence et son obstination à rester dans le pré carré du régime, Amar Ghoul se fait depuis quelque temps un peu plus bavard que d’habitude. Après avoir tenté de donner des “signaux” sur les cibles du chef de l’État dans sa lettre lue à l’ouverture des travaux de la rencontre gouvernement-walis, en pointant du doigt d’anciens hauts responsables civils et militaires, Amar Ghoul a récidivé, hier, en déclarant que la présidentielle “est secondaire”. Le chef de TAJ considère que le scrutin prévu en avril prochain est de moindre importance, appelant, à l’occasion, à la tenue d’une conférence nationale inclusive. “L’élection est secondaire devant ce que nous proposons et la réussite de notre projet est un gage pour la mise sur pied d’une Algérie nouvelle, dotée d’institutions fortes et modernes capables de répondre aux attentes des Algériens, relever les défis et faire face aux dangers”, a-t-il dit, hier, lors d’une conférence de presse animée à Alger. L’initiative de TAJ se décline, selon son président, en sept grands axes, à savoir le sécuritaire, l’économique, le social, le politique, le culturel, la place de l’Algérie sur le plan international et, enfin, le volet lié à la communication et aux nouvelles technologies. “Nous voulons une conférence nationale inclusive qui sera organisée sous l’égide et le haut patronage du Président où seront traités tous les sujets sans tabou”, a-t-il précisé, estimant que “toutes les institutions de l’État ont besoin, aujourd’hui, de refonte profonde pour se mettre au diapason de l’évolution du pays et du monde”. “La situation du pays, celle de l’entourage et également internationale nous oblige à réinventer ce sursaut à partir d’un engagement qui rééditera celui du 1er Novembre 1954 où tous les Algériens ont mis de côté leurs ambitions personnelles et partisanes pour se consacrer, comme un seul homme, au combat libérateur”, a-t-il encore ajouté, considérant que l’initiative du consensus national qu’il initie “n’est nullement destiné à affaiblir ou à ignorer les autres initiatives”. Interrogé sur les délais qu’il fixe à son initiative, le chef de TAJ estime qu’il revient désormais aux acteurs politiques et aux institutions d’en définir le temps, précisant que des consultations seront engagées, incessamment, pour entamer le lancement du projet. Concernant sa récente déclaration sur les anciens hauts responsables civils et militaires que le chef de l’État a fustigés dans une de ses lettres, Amar Ghoul a réitéré son accusation, en ajoutant que ces “cercles flous et clandestins agissent contre les intérêts du pays au profit d’un clan et de lobbies”.


Mohamed Mouloudj

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER