Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Accord de réduction de la production

L’Opep veut faire adhérer 20 autres pays


Fragilisé par la hausse de la production américaine qui devrait se poursuivre dans les années à venir, l’accord de réduction de la production conclu entre l’Opep et des pays non Opep semble avoir besoin d’un second souffle. Et c’est à ce titre que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole veut faire adhérer de nouveaux pays à l’engagement de réduction de production. Selon les informations relayées par la presse, il y aurait 20 pays ajoutés à la liste et ciblés pour la réunion de l’Opep du 30 novembre à Vienne. La liste des pays qui seront potentiellement sollicités lors de la prochaine réunion de l’Opep englobe notamment l’Argentine, le Bénin, la Bolivie, le Brésil, le Cameroun, le Tchad, la Colombie, le Congo, l’Égypte, le Ghana, l’Indonésie, la Côte d’Ivoire, la Mauritanie, le Niger, la Norvège, l’Afrique du Sud, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan. Dans le cas où ces pays répondraient favorablement, ils devront intégrer l’accord de réduction de production Opep/non Opep qui court jusqu’à mars 2018 et dont l’extension sera au menu des discussions lors de la prochaine réunion de Vienne (Autriche). Les économistes estiment qu'une nouvelle prolongation de cet accord entre l’Opep, la Russie et d'autres producteurs est nécessaire pour soutenir les cours de l'or noir. D’ailleurs, les marchés anticipent une prolongation de l’accord permettant ainsi  au baril de Brent de se stabiliser autour de 63 dollars. Le maintien du Brent à ce niveau de prix profite, en effet, de signaux optimistes sur la prolongation de l’accord pétrolier stratégique entre l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et ses partenaires. L'accord historique paraphé l'an dernier visait en effet à stimuler les prix en éliminant les stocks excédentaires, évalués à environ 300 millions de barils (en moyenne quinquennale), soit l'équivalent de trois jours de production mondiale. Même si, dans son dernier rapport, l'Opep avait constaté des “signes croissants” montrant que le marché pétrolier avançait doucement vers un “rééquilibrage”, l’Opep et ses partenaires, en dépit d'un haut niveau d'engagement, n’ont pas totalement atteint leur objectif. D’où la perspective de plus en plus probable d’une extension de l’accord de réduction de la production.               

Saïd Smati 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER