Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Vote du projet de révision de la constitution au Parlement

L’opposition : entre le non et le boycott

Les députés de l’opposition veulent aller au Parlement en rangs serrés. ©Yahia Magha/Archives Liberté

Les députés de l’opposition ont opté pour le principe d’une position coordonnée à l’égard du vote de l’avant-projet de loi de révision constitutionnelle. Cela peut prendre la forme d’un boycott de la séance de vote ou un vote par “non”.

L’opposition veut aller au Parlement en rangs serrés, mercredi prochain, à l’occasion du vote du projet de révision de la Constitution. Une réunion de concertation a été tenue, hier, entre les groupes parlementaires de l’AAV (Alliance de l’Algérie verte), du FFS et du PT, ainsi que du FJD pour discuter d’une position commune sur la manière de signifier son rejet du projet. Du boycott de la séance de vote, au non, toutes les éventualités sont à étudier au sein de cette congrégation des députés de l’opposition.  
Les députés de l’opposition ont opté pour le principe d’une position coordonnée à l’égard du vote de l’avant-projet de loi de révision constitutionnelle. Joint par téléphone et interrogé hier au sujet des intentions de vote à l’égard de ce projet de loi, le chef du groupe parlementaire de l’AAV, Benferhat Abderrahmane, a indiqué : “Notre position de principe est le rejet, mais la manière de le signifier n’a pas encore été décidée. Cela peut prendre la forme d’un boycott de la séance de vote ou un vote par ‘non’. On n’exclut aucune éventualité, mais cela va se décider d’un commun accord avec les autres groupes de l’opposition qui refusent ce projet.” Le chef du groupe de l’AAV a indiqué avoir entamé des contacts avec les autres groupes de parlementaires pour l’élaboration d’une position, qui sera connue “en temps opportun, soit aujourd’hui, soit demain”.
Ce que confirmera le numéro deux du FJD-El-Adala, le député Lakhdar Benkhellaf, qui a fait état d’une réunion de concertation tenue hier avec les autres groupes parlementaires de l’opposition, notamment ceux du PT, de l’Alliance Verte et du FFS qui va prendre aujourd’hui sa décision au niveau du parti. Ce n’est qu’aujourd’hui que sera connue la position des députés qui rejettent la révision de la Constitution.
Pour sa part, le chargé de communication du Parti des travailleurs, Djelloul Djoudi, indiquera que la position de son parti ne sera connue qu’à l’issue de la réunion de son Bureau politique, programmée pour la matinée d’aujourd’hui, et durant laquelle la question sera étudiée sous toutes ses facettes.
Cette démarche des députés de l’opposition à l’égard de l’amendement de la loi fondamentale du pays n’est pas sans rappeler celle adoptée à l’égard du projet de loi de finances 2016 qui avait fait l’objet d’un tir de barrage de tous les groupes parlementaires, à l’exception du RND et, à un degré moindre, du FLN.
Lors de la séance de vote, cette loi avait vu surtout la formation d’un groupe de 92 députés de diverses obédiences se concerter autour de son rejet, mais l’on avait aussi enregistré des échauffourées inédites dans les annales de l’Assemblée nationale à la suite du passage forcé de ladite loi imposée par les partis du pouvoir.

AMAR R.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
4 réactions
népourêtrelibre le 01/02/2016 à 15h20

Comment se fait-il que la plupart des pseudo députés désignés au peigne fin décident sur le sort du pays, l'Algérie... Comment de de fois cette pseudo constitution du cinéma Majestic a été malmenée par un des membres des putschistes de 1962. Je dis attention à ça car nous ne pouvons jouer avec les origines du pays à savoir son identité, sa langue, ses repères, sa cultures et tous les ingrédients qui en découle. Nous ne devons pas se laisser faire. Ce n'est qu'une mascarade de ce régime pro arabe

népourêtrelibre le 01/02/2016 à 23h18

Même si elle sera approuvée par ces pseudo députés et aussi par ces pseudo sénateurs je ne la reconnaitrai pas pour tout l'or du monde, qu'ils fassent ce qu'ils veulent de cette constitution bafouée à maintes reprises... Le dernier mot revient au peuple autochtone... Je me souviens de ce soi-disant sénateur autrefois journaliste sportif... Vous vous rendez compte n'importe qui peut devenir Sénateur, député, ministre, président. Ceci dit, ça se passe qu'en Algérie... Issaad Rebrab prq pas?

népourêtrelibre le 02/02/2016 à 0h09

Qu'ils boycottent ou ils émettent non elle passera... Nous n'avons jamais été en démocratie pour qu'elle ne passe pas. C'est le seul pays, l'Algérie, où il n'y a pas de liberté dans son sens le plus large... Tout se décide à la manière de staline, à la manière de Pinochet, à la manière de Franco, etc... Que sais-je encore!? Ben Salah tantôt pseudo président du sénat, tantôt pseudo président de l'assemblée... Oh toi mon dieu pourquoi nous as-tu choisi ce régime autoritaire décrié par son peuple.

Ouacif54 le 02/02/2016 à 8h40

À mon avis boycotter n'est pas une solution. Si l'opposition est contre elle doit voter non. Jusqu’à présent le boycott n’a jamais servi à quelque chose. Au contraire l’autre partie se réjoui du peu de voix et vous leur offrez ainsi une majorité qui n’existe pas réellement.

Commentaires
4 réactions