Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Appel à une concertation autour de la crise à l’APN

L’opposition rejette l’initiative d’El-Moustakbel

©Yahia/Liberté

La proposition des élus du parti d’Abdelaziz Belaïd n’a pas eu l’assentiment des partis de l’opposition qui se considèrent non concernés par ce conflit.

La réunion de concertation avec les députés de l’opposition que devraient organiser les députés du parti Front El-Moustakbel, aujourd’hui à l’Assemblée populaire nationale (APN), risque de partir à vau-l’eau. Et pour cause. Les députés sollicités ne voient pas la nécessité de participer à une telle rencontre.
Djelloul Djoudi, député du Parti des travailleurs (PT), a affirmé que  ses collègues du parti ne vont pas assister à la réunion. Il estime que le PT “ne peut pas jouer le médiateur”, car, explique-il, “ce n’est pas le rôle d’un parti politique”. “La crise est politique et la solution doit l’être également”, a-t-il souligné, ajoutant qu’elle est l’expression d’une problématique liée au renouveau politique, institutionnel et constitutionnel. “Cela pose la nécessité d’élire une Assemblée constituante”, plaide le député du PT, ajoutant que l’élection de cette Constituante “devient, à l’aune de cette crise, une priorité”, car “elle est la solution la moins coûteuse pour le pays” afin “de jeter les jalons d’une réelle démocratie”. Même attitude chez les députés du RCD. “La position du parti est connue”, souligne Yassine Aissiouène, député et chargé de communication au parti qui a, par ailleurs, dit ignorer tout de cette initiative. Il a rappelé que le RCD s’est exprimé sur ce conflit, en accusant le chef de l’État, en sa qualité de président du FLN, et Ahmed Ouyahia, SG du RND, d’en être responsables. “C’est à eux de trouver la solution puisqu’ils veulent avoir la mainmise sur l’institution”, a-t-il dit, rappelant que le conflit “a démarré après le limogeage du secrétaire général de l’APN qui est un personnage très trouble et qui traîne des casseroles”. Le FFS compte également bouder la rencontre. Une source interne au parti a souligné que “le problème est plus profond” et que la solution réside “dans la mise sur pied d’une Assemblée souveraine et crédible capable de jouer son rôle de contre-pouvoir”. Notre source a ajouté, tout en refusant de s’inscrire dans cette démarche d’El-Moustakbel, que “la violation des lois est une tradition dans un Parlement transformé en comité de soutien au chef de l’État”. Le MSP est également sur la même position que le reste de l’opposition. Pour son chef de groupe, Ahmed Saddok, l’idée d’une médiation est d’abord leur initiative. “Nous avons, nous aussi, tenté une médiation que nous n’avions pas médiatisée contrairement à El-Moustakbel qui court plutôt derrière un objectif politique”, a dit Ahmed Saddok. Il a estimé que le gel des activités du Parlement ne concerne que les députés de la majorité. “Nos députés travaillent normalement au sein des commissions”, a-t-il dit, ajoutant que “l’opposition doit s’exprimer sur cet état de fait”, mais surtout “sur ce gel illégal des activités de l’APN”. Interrogé sur les raisons de ce conflit, notre interlocuteur estime qu’il exprime “une guerre de clans au sein, à la fois, du FLN et du pouvoir”, considérant que l’initiative de son parti pour un consensus national trouve dans cette crise “toutes les réponses à ceux qui ne veulent pas reconnaître l’existence d’une crise politique”. El-Moustakbal devra se réconforter par la disponibilité des élus de l’alliance El Adala-El Bina-Ennahdha, qui ont répondu positivement à son invitation.

Mohamed Mouloudj


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER