Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Rachat par Sonatrach de la raffinerie d’Augusta

L’Union européenne donne son feu vert

La Commission européenne, un organe consultatif doté de pouvoirs exécutifs, a donné son approbation définitive au projet de rachat par Sonatrach de la raffinerie d’Augusta, en Italie.
La décision a été notifiée par avis et publiée au Journal officiel de l’Union européenne du 6 août dernier. La Commission européenne a conclu que l’acquisition proposée ne poserait aucun problème sur la concurrence compte tenu des positions modestes occupées par les entreprises en question sur les marchés où leurs activités se chevauchent et compte tenu de leurs positions de marché individuelles limitées là où leurs activités sont liées verticalement. Cet organe avait déjà  donné son accord de principe, il y a quelques jours, pour l’acquisition par la compagnie pétrolière nationale d’hydrocarbures de la raffinerie d’Augusta.  
La transaction a été examinée par le biais de la procédure dite simplifiée. Mais formellement, l’opération de rachat  n’est pas encore bouclée, le transfert de propriété de la raffinerie et de ses actifs à Sonatrach interviendra à la fin de l’année 2018, sous réserve du respect de certaines conditions, notamment l’approbation de cette vente par les autorités en charge de la concurrence.
Du côté algérien, les autorités n’ont pas émis de réserves particulières sur le projet. En mai dernier, Sonatrach a eu le feu vert pour signer un accord avec Esso Italiana Srl, une filiale à 100% d’Exxon Mobil portant sur le rachat de la raffinerie d’Augusta (Sicile), de trois terminaux pétroliers situés à Augusta, Naples et Palerme ainsi que leurs systèmes d’oléoducs associés. Ce site de raffinage a été proposé à la vente par le moyen d’une procédure de mise en concurrence où Sonatrach s’est mesurée à plusieurs compétiteurs.
À l’occasion de la signature de cet accord, Abdelmoumen Ould Kaddour, président-directeur général de Sonatrach, avait déclaré : “Nous sommes extrêmement fiers de réaliser notre premier investissement dans le raffinage international en Italie. La proximité géographique de l’Italie et les relations privilégiées qui ont toujours lié la compagnie nationale à ce pays font qu’il était naturel que notre première acquisition dans le raffinage se fasse en Italie. La raffinerie d’Augusta représente un actif idéal sur le plan géographique et sur le plan des synergies envisageables avec la raffinerie de Skikda. Nous entendons assurer la continuité de son management, la stabilité de l’emploi et continuer à faire progresser ses standards déjà élevés en matière de santé, sécurité et respect de l’environnement. Sonatrach entend également établir et nourrir un dialogue ouvert et permanent avec l’ensemble des parties prenantes dans cette opération”.
Les propos rassurants du patron n’auront cependant pas dissipé la brume qui recouvre cette opération notamment dans son volet environnemental.

Youcef Salami


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER