Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Initiative du MSP pour le consensus

Makri et Djaballah sur la même longueur d’onde

Abdallah Djaballah et Abderrezak Makri lors de leur rencontre. ©Yhaia/Liberté

La crise politique est la source de tous les problèmes, économiques et sociaux que vit le pays. Et la clé de cette crise consiste en la réforme du système des élections.

L’initiative du Mouvement de la société pour la paix, (MSP) a été favorablement accueillie par l’autre parti islamiste, El-Adala, d’Abdellah Djaballal, consulté, hier, par Abderrezak Makri.
Les deux chefs de parti sont d’accord, du moins, sur le principe de trouver “un consensus” entre l’ensemble des élites politiques du pays, sans exclusion aucune, et dont l’objectif est de sortir le pays de la crise qui est “d’abord et avant tout politique”.
Ce sont là les termes utilisés notamment par M. Djaballah qui a appelé à la réforme du système national des élections pour éloigner le spectre de la fraude des échéances futures qui, dénonce-t-il, a émaillé toutes les élections précédentes.
Comme pour rassurer les représentants du pouvoir, le leader islamiste promet qu’“aucun dossier ne sera ouvert”, allusion faite aux dossiers de corruption dans lesquels sont impliqués de nombreux hauts responsables et/ou des membres de leur famille. “Il n’y a pas si longtemps, les tenants du pouvoir refusaient de reconnaître l’existence de la crise économique. Mais voilà qu’ils ont fini par l’admettre. Néanmoins, ils refusent toujours de parler de crise politique. Or, la crise politique est la source de tous les problèmes, économiques et sociaux que vit le pays. Donc, la crise est d’abord et avant tout politique. Et la clé de cette crise consiste en la réforme du système des élections. Si on ne veut pas voir la situation empirer davantage, les élites politiques doivent absolument accepter l’idée de trouver un consensus autour de cette question. Nous rassurons tout le monde que nous n’allons pas ouvrir des dossiers”, a-t-il, en effet, commenté, hier, au sortir de son entrevue avec M. Makri.
M. Djaballah n’y va pas sans, toutefois, dénoncer le “lobby” qui tient en otage le pays, allusion au clan présidentiel.
Un discours parfaitement partagé par le chef du MSP qui a tenu un discours qui tranche étrangement avec celui qu’il a tenu, il y a quelques jours, devant ses hôtes des partis au pouvoir, notamment le FLN et le RND. “Dans le fond, mon discours a toujours été le même. Devant les responsables du FLN et du RND, j’ai clairement exprimé mon refus de l’idée de la continuité, donc du cinquième mandat pour Bouteflika qu’ils réclament. Si mon discours n’a pas été tranchant devant ces derniers, c’est surtout par respect, eux qui ont accepté de m’accueillir et d’écouter nos propositions. Autrement, on ne sépare pas les problèmes économiques de la crise politique”, a répondu M. Makri à une question de Liberté sur son changement de ton.
Interrogé, par ailleurs, sur le rejet de son initiative, exprimé dans la matinée de la même journée (hier, ndlr), par la secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, le chef du MSP a habilement évité de polémiquer avec elle en souhaitant “la convaincre” à l’occasion de sa rencontre qu’il prévoit pour après l’Aïd. “À présent, nous préférons maintenir intact notre espoir de la convaincre lors de notre rencontre avec elle”, s’est-il contenté de répondre.

Farid Abdeladim


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER