Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

La société Media-Survey certifiée par le CESP-France

Médias : bientôt des audits d’audience

“Je sais pertinemment qu’il va y avoir du bruit et autant de réactions négatives.Mais, les professionnels doivent savoir qu’un audit des mesures d’audience doit répondre aux fondamentaux de la transparence”, a indiqué M. Daufresne.

La société Media-Survey, spécialisée dans le conseil et le management en communication, a signé, hier à Alger, un contrat de certification avec le Centre des études et supports de publicité (CESP), un organisme français qui accompagne l’industrie des médias pour l’audit des mesures d’audience. Deuxième pays au Maghreb et 4e pays en Afrique à avoir bénéficié de cette certification, Media-Survey devra mettre, très prochainement, une agence chargée de gérer cet audit d’audience, notamment en mettant des panels composés d’experts spécialisés en statistiques, en audit et en médias. Basée sur une méthodologie complexe, l’audit consacré à l’Algérie revêt un caractère spécifique au vu de la nouveauté du concept, d’une part, et de la nature du marché des médias, d’autre part. Lors d’une conférence organisée à l’hôtel Lamaraz (Kouba), le directeur des projets internationaux, Olivier Daufresne, a indiqué que “l’expertise que le Cesp apportera à Media-Survey s’appuie sur sa parfaite connaissance des protocoles et de leur déploiement. Nous avons réussi à concrétiser des audits dans 20 pays, dont certains connaissent une grande complexité. Pourquoi pas en Algérie ?” Aux yeux de M. Daufresne, le Cesp garantira à son partenaire algérien la conformité avec les standards internationaux et assurera une expertise plurimédias. À court terme, les deux partenaires devront passer par plusieurs étapes pour canaliser toutes les données qui leur permettraient d’assainir des audits de haut niveau que ce soit sur des programmes de télévision ou encore des émissions ou autres projets à inscrire dans leur agenda. À ce propos, et selon les termes du contrat, le Cesp accompagnera Media-Survey dans le lancement des avis d’appel d’offres, l’audit de lancement comme gage de réussite et d’objectivité et, enfin, l’audit complet de certification et de consulting sur des problématiques particulières. Concrètement, une fois le travail des panels et le traitement de données achevés, l’organisme en charge de la médiamétrie établira un rapport préliminaire, et ce, avant qu’un rapport définitif ne soit rédigé et publié. Quid des attentes et de l’impact du système d’audience TV que réalisera Media-Survey ? M. Daufresne n’a pas caché les contraintes qu’un tel système a rencontrées à l’international, notamment en ce qui concerne le choix des membres des panels incorruptibles, leurs honoraires et l’influence des patrons de médias. “Je sais pertinemment qu’il va y avoir du bruit et autant de réactions négatives. Mais les professionnels doivent savoir qu’un audit des mesures d’audience doit répondre aux fondamentaux de la transparence et aux standards internationaux en matière de mesures. C’est un travail basé sur des mesures scientifiques et non subjectives. Raison pour laquelle toutes nos expertises sont complètes et certifiées. À défaut, elles sont caduques”, a expliqué M. Daufresne. Pour le directeur général de Media-Survey, Sofiane Maloufi, “au-delà du contrat que nous avons signé avec le Cesp, notre conférence revêt un caractère pédagogique. Aujourd’hui, il est nécessaire de vulgariser les métiers des audits des mesures d’audience, que ce soit pour les professionnels ou le grand public. C’est la raison pour laquelle nous avons invité des personnalités du cinéma, des représentants des télévisions et les médias”. Affirmant que “l’audit de mesures d’audience est quelque chose de nouveau en Algérie”, M. Maloufi a affirmé que Media-Survey a conclu plusieurs partenariats, notamment avec l’organisme français Sphinx, l’École des études statistiques de Koléa et d’autres établissements spécialisés dans le domaine. “Nous avons travaillé depuis des années pour pouvoir arriver à signer ce contrat et à convaincre nos partenaires du potentiel que recèle l’Algérie”, a encore indiqué M. Maloufi.


FARID BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER