Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Une centaine de personnes en sont mortes durant l’année

Monoxyde de carbone : un serial tueur silencieux

Une centaine de personnes sont mortes asphyxiées et plus de 2 000 ont été sauvées durant l’année 2017 à travers plusieurs wilayas du pays à cause du monoxyde de carbone (CO). Comparé à l’année 2016, le nombre de décès a augmenté de 17,72% et celui des personnes secourues de 70,51%. Les interventions des éléments de la Protection civile durant les 8 mois de l’année en cours ont concerné 42 fois des asphyxies par confinement d’air dans les puits, 188 par gaz butane, 141 fois par obturation des voies respiratoires et 722 fois par gaz naturel et gaz carbonique. Pour ce qui est du décès par type d’asphyxie, la Protection civile avance un taux de 13,97% par confinement d’air, 4,30% autres asphyxies, 9,67% par gaz naturel gaz butane et 72,04% par gaz naturel gaz carbonique. Le monoxyde de carbone est un gaz issu de la combustion de substances diverses (bois, gaz, charbon...) et qui provoque des centaines de décès par an. C'est un gaz inodore, incolore et insipide. Le phénomène des décès par inhalation de gaz a atteint des proportions alarmantes en Algérie. À l’approche de chaque saison hivernale, des centaines de citoyens trouvent la mort par intoxication au monoxyde de carbone (CO).
En 2010, 123 personnes ont été victimes d’asphyxie. En 2009, 253 morts ont été déplorés par les services de la Protection civile. Ils étaient également 291 à en avoir fait les frais, il y a quelques années. Il ne se passe pas une année sans que ce “tsunami” n’emporte avec lui des familles entières à travers les différentes contrées du pays. Invisible et inodore, ce gaz asphyxiant et indétectable surprend ses victimes, particulièrement dans leur sommeil la nuit. Il s’incruste dans le sang à la place de l’oxygène et provoque la mort en moins d’une heure de temps. Même conscientes, les personnes atteintes sont incapables de réagir dans la plupart des cas. Les statistiques montrent qu’une petite quantité de CO dans l’air peut provoquer une asphyxie. L’apparition de 0,1% de CO dans l’air tue en 1 heure, 1% en 15 minutes et 10% dans l’immédiat. Deux raisons majeures sont à l’origine des cas d’asphyxie par le monoxyde de carbone. L’on évoque la vétusté et la défectuosité du matériel de chauffage. Le défaut d’aération et de ventilation à l’intérieur des habitations engendre aussi des dégâts humains. Lorsque le monoxyde de carbone n'est pas évacué à temps à l'extérieur de la maison, il prendra la place de l'oxygène. À ce moment-là, l’'irréparable se produit ! À cela, il y a lieu d’ajouter la contrefaçon qui cible les équipements de chauffage utilisés. Ces derniers ne répondent pas aux normes de sécurité requises. Ils sont commercialisés à des prix bas et leur utilisation demeure très dangereuse.
Certains importateurs mettent sur le marché national des équipements non conformes. L’on déplore aussi beaucoup d’accidents qui surviennent suite à un mauvais fonctionnement ou à la défectuosité du matériel utilisé. Ce qui prouve encore l’incapacité de l’État à contrôler tous ce matériel importé. Un contrôle plus rigoureux de la part des agents des douanes est, de ce fait, souhaité.

B. K.

Publié dans : RÉTRO 2017

ARTICLES CONNEXES

  • Les plages de l’Ouest ont connu de nombreux départs
    Harga : la cote d’alerte

    693 harragas ont été interceptés pour les seuls mois de septembre et octobre derniers.

  • Plusieurs adolescents algériens y étaient piégés
    Baleine bleue : le jeu de la mort

    Le “Défi de la baleine bleue”. Voici un jeu téléchargeable sur Internet qui aura marqué l’année 2017. Avec son lot de victimes, ce jeu mortifère a fait son apparition dans les dernières semaines de l’année 2017.

  • RÉTRO 2017
    Ils nous ont quittés cette année

    De Hadj Rahim à Blaoui El-Houari, en passant par Dihya Lwiz ou encore Youcef Bouchouchi, l’année 2017, en Algérie, a vu la disparition de plusieurs de ses artistes.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER