Scroll To Top

A la une / Actualité

Six harraga décédés et plusieurs disparus

Mostaganem et Aïn Témouchent endeuillées

© D. R.

Mostaganem est en deuil. Quatre personnes, dont trois membres d’une même famille, sont mortes en  essayant  de rallier  les  côtes  européennes au cours d’un e traversée  organisée depuis  des plages mostaganémoises dans la nuit de mercredi à jeudi.

Selon des sources concordantes, l’embarcation artisanale qui transportait une douzaine de personnes a chaviré à 3 milles (5,5 km) au nord d’Ouled Ghalem, une commune  située  à 90 kilomètres  à l’est de Mostaganem. Un père et ses deux  enfants  sont  morts  noyés,  tandis  que  la  mère  est  toujours  portée disparue avec cinq autres personnes.

Au cours de   leur  intervention  jeudi  matin, les  gardes-côtes  ont  réussi à repêcher cinq survivants, mais déplorent un quatrième mort au cours de cette tragédie. Les dépouilles mortelles ont été déposées à la morgue de l’hôpital de Mostaganem Che-Guevara, tandis que les rescapés ont été conduits au port. Ce drame intervient alors que la wilaya de  Mostaganem enregistre une recrudescence de   tentatives  d’émigration  clandestine  impliquant  des centaines d’Algériens.

Mercredi, au petit matin, les gardes-côtes ont mis en échec une tentative de traversée clandestine en interceptant une embarcation à 10 milles au nord d’Ouréah, dans la commune  de Mazagran, à bord  de  laquelle  16 harraga espéraient fouler le sable ibérique. Tous ont été arrêtés et reconduits à Mostaganem où ils devront répondre devant la justice de tentative de quitter le territoire national de manière illégale.

Le risque des poursuites judiciaires — de nombreuses condamnations ont déjà été prononcées — et les périls de la traversée — les morts et les disparus continuent d’endeuiller les familles — n’ont jamais découragé les tentatives d’émigration clandestine qui ont pris de l’ampleur ces derniers mois, notamment dans la wilaya de Mostaganem.

À Aïn Témouchent, les éléments de la Protection civile, alertés par les gardes-côtes de Bouzedjar, sont intervenus, avant-hier, pour secourir 22 harraga dont l’embarcation a chaviré au large près des îles Habibas relevant administrativement de la commune de Bouzedjar.

Arrivée sur les lieux, l’équipe des plongeurs, qui ont employé de gros moyens, ont constaté que les gardes-côtes ont réalisé l’essentiel du travail puisqu’ils ont réussi à secourir 19 candidats à l’émigration clandestine, alors que les recherches entamées par les plongeurs relevant de l’unité du secteur de la Protection civile de Bouzedjar ont permis de repêcher le corps d’une fillette de 9 ans environ et vers 7h celui d’une femme.

Les  deux  corps  n’ont  pas  pu  être  identifiés, selon  le  chargé  de  la communication de la Direction de la Protection civile de la wilaya d’Aïn Témouchent, qui nous apprend qu’une troisième personne est toujours portée disparue. À noter que les recherches se sont poursuivies durant toute la journée de jeudi.  
 

M. LARADJ/S. Ould Ali

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER