Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Les militants anti-gaz de schiste répondent à Ouyahia

“Nous ne sommes manipulés par personne”

© D.R.

La réplique donnée par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, via le site officiel du Premier ministère, aux militants anti-gaz de schiste d’In Salah qui s’organisent pour faire barrage à la décision du gouvernement d’aller vers l’exploitation de cette ressource énergétique non-conventionnelle, n’a, visiblement, pas été du goût des acteurs du mouvement dans la région.
“L’annonce de la relance du projet d’exploitation du gaz de schiste a réveillé les agitateurs politiques qui tentent de manipuler la population,  notamment du sud du pays. Il est donc utile de rappeler que la reprise des tests sera accompagnée d’explications pour l’opinion et de dialogues avec la population des régions concernées. Rien ne sera entrepris si cela met en danger la santé des Algériens. Mais rien n’empêchera l’Algérie d’exploiter ses richesses au profit des Algériens”, tel a été la réaction du Premier ministre qui ignore, visiblement, la réalité du terrain à In Salah où les opposants au projet d’exploitation du schiste et les citoyens en général ne croient qu’à leur engagement et nient, de ce fait, toute manipulation politique ou autres.
“Contrairement à ce que pense M. Ouyahia, les citoyens d’In Salah ne sont guidés que par leur propre conviction que l’exploitation du gaz de schiste constitue un danger les menaçant directement. Ouyahia doit savoir que nous ne sommes manipulés par personne, encore moins par les agitateurs politiques qu’il évoque”, lui répond un des membres du fameux groupe dit “des 22” représentant le comité anti-gaz de schiste dont les longues semaines de résistance, au début de l’année 2015, avaient  contraint, alors, les pouvoirs publics à décréter un moratoire sur l’exploration du gaz de schiste. Le militant d’In Salah, qui a requis l’anonymat, veut, ainsi, signifier clairement au gouvernement Ouyahia que les opposants à l’option du schiste campent toujours sur leurs positions et ne comptent surtout pas faire machine arrière avant que le gouvernement ne renonce définitivement à sa volonté d’aller vers l’exploitation de cette énergie dont les conséquences seront néfastes à la fois sur l’environnement et sur la santé humaine.
Le même militant affirme que outre In Salah, les habitants d’Ouargla, de Ghardaïa ou encore ceux d’Adrar sont également mobilisés pour contrarier les plans du gouvernement concernant l’exploitation du gaz de schiste.
Selon une autre source locale, les habitants d’In Salah comptent bien réinvestir “Sahat Essomoud” (place de la Résistance) dès samedi prochain, soit le 14 octobre. “Une grande action se prépare en catimini à In Salah. Tous les citoyens sont à présent sensibilisés et n’attendent plus que le feu vert des notables (à comprendre les membres du comité citoyen anti-gaz de schiste). Ce sera fort probablement pour le samedi 14 octobre”, nous a déclaré, en effet, un militant qui a également requis l’anonymat.
Pour un autre membre de l’ancien “groupe des 22”, la problématique du gaz de schiste doit concerner l’ensemble des Algériens et non pas seulement les habitants d’In Salah. D’où son appel désormais lancé à l’ensemble des Algériens pour se joindre au front anti-gaz de schiste pour faire fléchir les pouvoirs publics.   


Farid Abdeladim


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
meliani le 08/10/2017 à 10h51

Effectivement ce sont tous les Algériens qui sont concernés et pas uniquement les populations du Sahara ! alors nous devons TOUS sortir dans la rue et manifester pour l'abandon définitif de ce projet morbide !!les énergies ,il faut les chercher ailleurs ,dans l'Agriculture et l'élevage par exemple,dans le reboisement de nos régions touchées par les incendies qui ont ravagés cet Été toutes nos belles forêts ! foutaise !le schiste..

Brahms le 08/10/2017 à 16h54

Que de la pauvreté sur leurs visages pendant que d'autres se sucrent à volonté.

Commentaires
2 réactions