Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

L’ambassadeur américain évoque le gaz de schiste à Oran

“Nous sommes prêts à partager notre expérience”

L’ambassadeur des États-Unis d’Amérique en Algérie, John P. Desrocher, nouvellement installé à Alger, a effectué, hier, une visite à Oran, au cours de laquelle il a accepté de répondre brièvement aux questions des journalistes. La rencontre, qui s’est tenue à la Chambre de commerce et d’industrie de l’Oranie (CCIO), a été l’occasion de recueillir ses réactions à la déclaration du Premier ministre par rapport aux perspectives d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste dans notre pays.
Le diplomate, tout en prenant acte des déclarations d’Ouyahia qu’il dit avoir entendu comme tout un chacun, estimera qu’il revenait à l’Algérie de décider de son programme d’exploitation du gaz de schiste.
Quant à savoir si son pays pouvait faire part de son expérience dans ce domaine, John P. Desrocher répondra que les Américains “ont une grande expérience dans l’exploitation et la production du gaz de schiste”, précisant que “nous avons une expérience dans la production effective et sécurisée du gaz de schiste et nous sommes prêts à la partager”. Plus loin, l’ambassadeur ajoutera que son pays serait prêt “à aider et assister ceux qui travailleront dans l’exploitation du gaz de schiste” en Algérie.
S’agissant des relations commerciales et économiques, l’ambassadeur dira qu’il n’avait aucune annonce de projet particulier à faire, à partir d’Oran, expliquant que “nous travaillons tous les jours avec nos partenaires algériens pour faire avancer les partenariats entre Algériens et Américains et pour qu’il y ait plus d’opportunités”.
Pour ce qui est des projets agricoles américains en Algérie, l’ambassadeur défendra le modèle agricole de son pays en réponse, là encore, aux craintes d’impacts environnementaux pouvant toucher les ressources hydriques. Ainsi, pour le diplomate, “l’agriculture est justement un secteur de coopération très fructueux entre les deux pays”, allant jusqu’à vouloir rassurer sur la nature de l’agriculture dans son pays. “Nous avons une grande expérience agricole dans des environnements très différents, que ce soit en ce qui concerne les sols, les ressources en eau, le climat et nous avons énormément de succès aux États-Unis”. Et d’insister encore : “Nous avons développé un secteur agricole très respectueux de l’environnement et je pense qu’il y a aussi dans le domaine de l’agriculture une possibilité de coopération entre les deux pays.”
Pour les membres de la CCIO, la présence d’entreprises américaines à l’Ouest est à souhaiter pour développer plus de partenariats. Dans la matinée, l’ambassadeur avait assisté à l’inauguration d’une école de langues avec le centre Berlitz, déjà présent dans de nombreuses wilayas du pays.


D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER