Scroll To Top

A la une / Actualité

Neuvième vendredi de “Silmiya”

Nouvelle démonstration de force de la rue

Les Algériens marcheront demain vendredi pour la neuvième fois à travers toutes les villes du pays pour demander encore “le départ de tout le système”. Le mot d’ordre “Silmiya” adopté depuis le 22 février sera rigoureusement observé par les contestataires. 

Les Algériens devront d’abord réagir d’une manière tranchante et forte, par rapport aux derniers engagements pris par le général de corps d’armée, Gaïd Salah. Des slogans et des pancartes conçues pour la circonstance sont déjà postés sur les réseaux sociaux. La mobilisation et la détermination des citoyens aspirant à un changement radical demeurent intactes. Le départ de Tayeb Belaïz et le dernier discours du chef d’état-major de l’armée sont loin, semble-t-il, de dissuader les Algériens de sortir pour un nouveau jour de contestation pacifique. D’ailleurs, de nouveaux thèmes de contestation adaptés à la circonstance seront déployés à travers des slogans prévus pour ce vendredi. Des slogans qui renseignent bien, dit-on, sur la détermination sans faille des Algériens à poursuivre la contestation. Le décor prévu pour demain promet de s’inspirer des derniers développements survenus sur la scène politique. 
Les internautes promettent de préparer et de concevoir des thèmes qui plaideront pour la mise en œuvre de mesures révolutionnaires pour amorcer une véritable transition démocratique. Aussi ont-ils actualisé les slogans pour passer entre autres à : “Le peuple a décidé, les criquets n’ont rien d’autre à faire qu’à quitter les lieux”, “Le seul B digne de gouverner l’Algérie est Boudiaf, vous l’avez assassiné ! Désormais votre heure a sonné…”. L’autre nouvel écriteau qui est en train de pulvériser le record de vues et de partages est celui qui résume le départ de tout le système rédigé en langue chinoise. “Système dégage, peut-être qu’ils finiront par nous comprendre et partir”, ironisent-ils. 
L’autre actualité qui sera reprise, selon les commentaires des internautes, est l’affaire des quatre femmes dénudées au commissariat de Baraki. Les manifestants se font un devoir d’être présents au rendez-vous pour battre en brèche la nouvelle feuille de route proposée par Gaïd Salah. Sur un autre plan, les manifestants comptent brandir l’article 49 de la Constitution qui traite du droit de manifester pacifiquement dans la rue, histoire de parer à “une éventuelle répression policière”. Ils se rappellent encore des scènes désolantes qui ont émaillé le huitième vendredi de contestation où plusieurs manifestants sont tombés et ont même été blessés après le lancement des bombes lacrymogènes à l’intérieur du Tunnel des facultés et à la place Audin. 
La consigne donnée invite les manifestants à s’asseoir à même le sol en cas de “comportement violent” de la part des forces antiémeutes. 


Hanafi H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER