Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

APRÈS LA VICTOIRE DES VERTS EN FINALE DE LA CAN

Nuit d’euphorie dans la ville des Hammadites

Allégresse à Béjaïa après le sacre des Fennecs. © D.R

Une nuit qui a fait vibrer la ville de Yemma Gouraya avec un déchaînement de youyous, de klaxons, de pétards, de feux d’artifice et de fumigènes.  

Une grande liesse populaire a empli, dans la soirée de vendredi dernier, les rues de la capitale des Hammadites, après la victoire de l’équipe nationale de football en finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), disputée en Égypte. Au coup de sifflet final, des milliers de Béjaouis ont envahi les rues et les places publiques pour laisser exploser leur joie, en criant à l’unisson : “One, two, three, viva l'Algérie !” Des hommes et des femmes, des jeunes et moins jeunes ont défilé dans une ambiance festive à travers toutes les localités de la wilaya de Béjaïa. De la haute vallée de la Soummam jusqu’à la région du Sahel, en passant par le chef-lieu de wilaya, ce défilé nocturne s’est poursuivi jusqu’à une heure tardive de la nuit. Une nuit euphorique qui fera vibrer la ville de Yemma Gouraya avec un déchaînement de youyous, de klaxons, de pétards, de feux d’artifice et de fumigènes. D’interminables files de voitures parées de l’emblème national sillonnaient les artères de différents quartiers de la ville, dans un assourdissant tintamarre de klaxons, de youyous et de chants. D’autres fans des Fennecs ont préféré manifester leur joie à moto, en arborant l’emblème national ou le drapeau amazigh et en entonnant des chansonnettes en l’honneur du deuxième sacre continental des Verts. 
Des badauds, tout aussi euphoriques, reprennent en chœur ces chants dédiés à la victoire retentissante de l’équipe nationale face à la sélection sénégalaise. Vers 23h, le centre-ville de Béjaïa grouillait de monde. Les artères principales, à l’instar de la rue de la Liberté, des boulevards Amirouche, Krim-Belkacem et de la Révolution, étaient bloquées par des embouteillages monstres. Les manifestants se laissent photographier par leurs pairs qui, grâce à leurs smartphones, immortalisent ces moments de joie. Certains d’entre eux diffusent des vidéos en direct sur leurs pages facebook. D’aucuns n’hésitent pas à faire un lien entre cet événement sportif et le hirak, en scandant des slogans chers au mouvement populaire né le 16 février à Kherrata, puis le 22 février à l’échelle nationale. “Maintenant que nous avons fêté notre victoire à la finale de la Coupe d’Afrique de football, nous devons continuer notre révolution pacifique pour arracher la victoire politique du peuple algérien sur le pouvoir en place”, nous dira un jeune animateur du mouvement populaire à Béjaïa.
 

K. Ouhnia



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER