Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Il a été assassiné à la cité universitaire de Ben Aknoun

Obsèques de l’étudiant Assil à Bordj Bou-Arréridj

© Chabane Bouarissa/Liberté

Les obsèques du jeune étudiant Assil Belalta, victime d'un crime à l’arme blanche survenu dimanche soir dans sa chambre universitaire à Ben Aknoun (Alger), ont eu lieu, hier, à Bordj Bou-Arréridj. La ville était sous le choc. Après les prières de Dohr et du mort, le cortège funèbre s'est dirigé vers le cimetière de Sidi Betka où le défunt a été inhumé dans une ambiance de recueillement, de tristesse et de consternation en présence d’une foule nombreuse composée de proches et de citoyens venus de plusieurs régions de la wilaya et même d’autres régions du pays. Durant tout le trajet, de la maison familiale au cimetière, des slogans dénonçant l’insécurité et l’impunité étaient scandés par des jeunes. “Criminels, assassins !”, criaient-ils. Ils réclament aussi que toute la lumière soit faite sur le crime. “Nous devons protéger nos enfants”, dira une voisine. “Nous avons perdu un jeune qui avait tout l’avenir devant lui”, ajoute-t-elle. Des étudiants venus de plusieurs universités du pays ont clairement dénoncé l’état actuel des cités universitaires et réclament une bonne prise en charge de l’étudiant sur tous les plans. “Venez voir à l’intérieur de nos cités universitaires !”, dira un jeune étudiant qui ajoute que “c’est le crime de trop !”. De nombreux étudiants, des amis et des voisins n'arrivent toujours pas à croire ce qui est arrivé à Assil, un jeune unanimement décrit comme gentil, souriant, discret. “C'était le bon pote, il n'était pas connu ou populaire, mais il avait sa bande”, témoigne un ami du quartier. “Il était toujours souriant, joyeux, positif”, confie un étudiant venu d’Alger, de la même université que la victime. “C'était un bon gars, avec lequel nous rigolions souvent, qui aimait plaisanter”, ajoute un autre proche de la famille.      

Chabane BOUARISSA

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER