Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Ancien chef de la fédération de France du FLN

Omar Boudaoud n'est plus

© APS.

Ancien  chef  de la fédération de France du  Front  de  libération  nationale (FLN), Omar Boudaoud Omar Boudaoud est décédé hier dans la soirée à Aix-la-Chapelle en Allemagne à l'âge de 95 ans, a-t-on appris auprès de sa famille. Retiré de la vie politique au lendemain du coup d’État de juin 1965, celui  qui  fit  porter  la  guerre  sur  le  territoire  français  était  une  figure marquante du mouvement national.

Originaire du  village Azroubar, dans  la commune  de  Mizrana (Tigzirt),  la famille de Boudaoud s’est installée dans la région de Tawerga (Dellys) où le jeune Omar fit sa scolarité. C’est  dans cette région qu’il fut repéré par un des premiers militants nationalistes Mohamed Zerouali, surnommé Zapata.  Adhèrant au PPA-MTLD, il devient rapidement responsable pour la région de Baghlia. Il fut arrêté en 1945, par la police coloniale avant d’être libéré suite à l’amnistie de mars 1946.

À sa sortie de prison, il fut nommé responsable de l’importante région de Dellys. Militant actif dans ce qu’on appelait à l’époque le “groupe de Tizi-Ouzou”, Omar Boudaoud  fit  partie des  15 militants  qui  composaient  la délégation de Kabylie au  premier congrès  du  MTLD en 1947. Il  fut alors nommé responsable de l’OS en Basse Kabylie.

De nouveau emprisonné en 1949, il quitte le pays pour  la métropole  à  sa sortie de prison en 1951. Opposé aux Messalistes quand la crise du parti éclata, il intègre le Front de libération nationale dès le déclenchement de la guerre. En 1957, quand Salah Louanchi et Mohamed Lebjaoui furent arrêtés, Abane Ramdane désigne Omar Boudaoud comme responsable de FLN en France dès février 1957. En cette qualité, il siège au Conseil national de la révolution algérienne en 1959.

Grâce à son efficacité organisationnelle, il a pu maintenir l’action du FLN en France pendant cinq années, en ouvrant ce qui est appelé le deuxième front qui a permis à l'Armée de Libération Nationale (ALN) d'organiser des actes révolutionnaires sur le territoire même du colonisateur. Il a été le principal architecte des manifestations du 17 octobre 1961. Au lendemain de l’indépendance, il fut membre du comité central du FLN et élu député. 

Prenant  ses  distances  quand  il  avait  vu les tiraillements au sommet du pouvoir, il décide de rompre définitivement après le coup de force de juin 1965. Issue d’une famille engagée dans le combat indépendantiste, Omar Boudaoud est le frère de Mansour Boudaoud, une des chevilles ouvrières dans les services de renseignements pendant la guerre de libération, lui aussi décédé il y a quelques années. En 2007, Omar publie ses mémoires aux éditions Casbah sous le titre “Du PPA au FLN, mémoires d’un combattant”.  
 

R. N.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER