Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

En dépit d'une production abondante

Oran : hausse des prix des fruits et légumes

C'est une règle toujours observée : quelles que soient la situation, les conditions, à la veille du mois de Ramadhan, les prix des fruits et légumes affichent une hausse vertigineuse, passant du simple au double, sans aucune raison, sauf celle de la froide spéculation.
C’est encore le cas cette année à Oran. Et pourtant, les consommateurs oranais avaient espéré fortement que pour ce Ramadhan 2018 la hausse serait contenue en raison d'une production abondante de fruits et légumes grâce à une météo clémente et aux précipitations exceptionnelles enregistrées cet hiver. Et bien non ! D'ores et déjà, les prix ont connu une hausse très perceptible.
Ainsi les tomates qui, en l'espace  de 24 heures, sont passées de 80 DA à 160 DA sur la majorité des marchés. Ce sont pourtant des tomates bien de chez nous, celles qui nous viennent du Sud. De même pour les haricots verts qui, il y a une semaine, étaient cédés autour de 200 DA le kg puis, depuis 48 heures, à 300 DA, même si, souvent,  leur qualité laisse à désirer, surtout que certains commerçants, trichant un peu, mélangent les haricots fins et tendres avec les plus gros impossibles à cuire.
Idem pour le bouquet traditionnel et incontournable de coriandre qui, pour la même taille, est passé de 20 à 30 voire 40 DA selon les emplacements.
Quant aux fruits, les prix frisent l'indécence et privent des milliers de familles d’en consommer, bien qu’ils soient “labellisés” production nationale.
 L'annonce de la mise en place de marchés de proximité pour contrer la spéculation à Oran, n'a pas été suivie d’effet. Les ménages en sont toujours à se demander où pourraient bien se situer ces marchés. Si le palais des expositions d'Oran devrait être réservé à des commerçants pour une sorte de foire et de grand marché de proximité, bien des quartiers et des zones périurbaines en seraient dépourvus.
Sur les boulevards périphériques, les commerçants ambulants activant sans aucune autorisation et sans registre de commerce, sont de plus en plus nombreux à l'approche du Ramadhan, avec des consommateurs qui n'ont qu'un objectif : aller vers les prix les plus bas.
Dans ce contexte, encore une fois, il est attendu des pouvoirs publics qu’ils assurent contrôle, régulation et assainissement et la tâche n'est que trop rarement couronnée de succès.

D. LOUKIL

ARTICLES CONNEXES

  • à la veille du premier jour du mois sacré
    Flambée des prix de la viande rouge

    Chez plusieurs bouchers, la viande congelée importée, pourtant interdite, est commercialisée au prix de 1 000 dinars le kilogramme contre 500 dinars il y a un peu plus d’une année.

  • Les consommateurs profitent d’une légère baisse conjoncturelle des prix
    Constantine : les marchés pris d'assaut

    C'est la dernière ligne droite avant le début du mois de Ramadhan. À quelques heures du premier jour de jeûne, les Constantinois se précipitent sur les étals bien achalandés des marchés du centre-ville pour les achats de dernière minute.

  • Agences commerciales d’Algérie Télécom
    De nouveaux horaires pour le Ramadhan

    Algérie Télécom a communiqué, hier, les horaires d'ouverture de ses agences commerciales pendant le mois sacré de Ramadhan sur tout le territoire national.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER