Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Après le massacre de 23 personnes au Cameroun

Paris veut que “les responsables répondent de leurs actes”

© D. R.

La  France  a  condamné  hier  des  “violences”  et  demandé  que  les “responsables répondent de leurs actes”, après la mort de 23 personnes, dont une majorité d'enfants, dans la partie anglophone du pays, au cours d'une opération militaire.

“Nous condamnons les violences qui ont entraîné la mort d'un grand nombre d'habitants d'un village de la province du nord-ouest du Cameroun, dont des enfants”, a indiqué un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, au cours d'un point de presse électronique. “Nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur cet événement tragique et que les responsables répondent de leurs actes”, a-t-il poursuivi. 

Le 14 février, peu avant l'aube, des hommes armés – 40 à 50 portant tous des uniformes de l'armée et certains masqués, selon des  témoignages recueillis par des travailleurs humanitaires contactés par l'AFP – ont attaqué le quartier de Ngarbuh, dans le village de Ntumbo, puis ont tué par balles et brûlé des habitants. 

Selon  l'ONU  qui  a  demandé   une  enquête  indépendante et impartiale, 15 enfants,  dont  neuf  sont  âgés de moins de  cinq  ans,  font   partie  des   23 victimes. L'armée camerounaise, qui évoque “cinq victimes”, a  assuré  avant-hier que le drame est le résultat d'un “malheureux accident”, après l'explosion de plusieurs contenants de carburant au cours d'échanges de tirs entre forces de sécurité et rebelles sécessionnistes.
 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER