Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

DEUXIÈME INSTRUCTION DE L’AFFAIRE TAHKOUT

Plus de 60 cadres de l’Onou auditionnés par le juge

© D. R.

Le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a entamé, hier, la deuxième instruction dans l’affaire Tahkout et s’est intéressé de près à la gestion des œuvres universitaires et l’octroi des contrats au groupe Tahkout en contradiction avec la loi régissant le code des marchés publics par des responsables l’Office national des œuvres universitaires (Onou).

Ayant procédé à l’extension de délits sur la base des requêtes introductives envoyées par le parquet général et les services de sécurité, mais aussi l’extension de compétence géographique, le juge d’instruction a ordonné des enquêtes poussées dans plusieurs wilayas pour éplucher tous les dossiers suspects au niveau des œuvres universitaires. En ce sens, on apprend de bonne source que les Sections de recherche de la Gendarmerie nationale (SRGN), relevant des groupements territoriaux de wilayas, ont ouvert des enquêtes judiciaires et auditionné des dizaines de personnes directement ou indirectement impliquées dans ce lourd dossier qui risque d’éclabousser de hauts responsables de l’enseignement supérieur.

Hier, au moins 60 prévenus ont été entendus par le juge instructeur, dont des cadres de l’Onou, des résidences universitaires et de hauts responsables de l’enseignement supérieur pour participation au bénéfice du pouvoir et de l’influence d’agents de l’État, des collectivités locales, des entreprises et institutions publiques soumises au droit public, d’entreprises économiques, d’Epic lors de la signature de contrats et transactions en vue d’augmenter les prix et de modifier en leur faveur la qualité de la matière, des services et de l’approvisionnement. Certains prévenus ont été auditionnés dans le cadre de l’extension de délits pour exploitation de leur influence, indus privilèges, octroi de largesses pour le groupe Tahkout, dilapidation de deniers publics, mauvaise exploitation de la fonction, conflit d’intérêts et avenants contraires à la loi.

Durant la première instruction, 19 personnes, dont Mahieddine Tahkout, son fils Bilal et ses deux frères Rachid et Hamid ont été placés sous mandat de dépôt à la prison d’El-Harrach, alors que 7 autres prévenus ont été placés sous contrôle judiciaire et 19 autres laissés en liberté provisoire. Pour rappel, l’ex-directeur général de l’Onou, Farouk Bouklikha, a été limogé par la présidence de la République au lendemain de la convocation de 56 premiers prévenus dans l’enquête préliminaire de la SRGN. À l’heure où nous mettons sous presse, les juges enquêteurs poursuivent les auditions et plusieurs prévenus risquent la détention préventive au vu des chefs d’inculpation prononcés lors de la première instruction.
 

FARID BELGACEM 

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER