Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Des citoyens ferment l’accès au barrage de Tichi Haf

Plusieurs communes de la wilaya de Béjaïa sans eau depuis hier

Les robinets sont à sec dans plusieurs communes de Béjaïa mais aussi au niveau du chef-lieu de wilaya. La raison ? Les habitants de la commune de Bouhamza, expropriés dans le cadre de la modernisation et de l’élargissement du CW 35, sont revenus à la charge et mis à exécution, hier, leur menace : celle de fermer le barrage de Tichi Haf qui alimente la majorité des communes de Béjaïa dont le chef-lieu de wilaya. Ils ont, dans la foulée, procédé à la fermeture du siège de l’APC.
Les manifestants en colère disent qu’ils ont été lésés lors des dédommagements auxquels ils ont eu droit. Ils ont notamment contesté les prix appliqués à leurs terrains qui, selon eux, valent plus cher. L’un des habitants, qui s’exprimait sur les ondes de la radio Soummam, expliquait notamment qu’“au moment où nous nous attendions que nos responsables locaux prennent en considération nos revendications, on nous informe que les prix du mètre carré, ont été appliqués, différemment d’un exproprié à un autre sous prétexte de zonage”. Un argumentaire, écrit au demeurant dans leur préavis de fermeture du barrage et du siège de l’APC, adressé, la veille, aux autorités locales de Bouhamza.
Dans leur préavis, ils avaient en effet prévenu les autorités locales qu’ils procèderont dès mercredi, soit hier, à la fermeture aussi bien du barrage de Tichi Haf que du siège de l’APC, et ce, “jusqu’à ce que justice soit faite pour tout le monde et que les prix soient unifiés pour l’ensemble des propriétés, situées à l’intérieur du périmètre urbain (PDAU)”. Ils disent contester la politique du deux poids deux mesures. Sur un autre plan, les expropriés, qui ont investi la rue, n’ont pas manqué de rappeler que la procédure d’indemnisation avait connu “curieusement des lenteurs” ; une situation, qui avait duré plus de trois années. Ce qui est incompréhensible, insiste-t-on, c’est que les pouvoirs publics avaient été interpellés à ce propos plusieurs fois à travers des actions, organisées par le passé.
Et forcément, cette action de protestation n’a pas été sans conséquences sur la distribution de l’eau potable dans la wilaya. Le mois de septembre, qui commence, pourrait être plus chaud que juillet et août. Le barrage de Tichy Haf alimente toutes les localités, situées sur le couloir de l’oued Soummam, jusqu’au chef-lieu. Et la fermeture des vannes du barrage prive des milliers de foyers d’eau courante depuis hier.


M. OUYOUGOUTE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER