Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Maroc

Poursuites judiciaires contre le père de Nasser Zefzafi

© D. R.

L'administration pénitentiaire marocaine (DGAPR) compte poursuivre le père de l'ancien  leader du mouvement de contestation du hirak marocain Nasser Zefzafi,  pour  des  “accusations   gratuites” concernant  les conditions   de détention de son fils, a-t-on appris hier auprès de la DGAPR. 

Ahmed Zefzafi a annoncé jeudi sur sa page Facebook que son fils et un autre militant détenu comme lui avaient “entamé une grève de la faim pour protester contre la maltraitance dont ils font l'objet” à  la prison de Fès. Sa  publication affirme notamment “qu'ils ne bénéficient pas de soins médicaux”.

En réaction, la DGAPR a publié un communiqué dénonçant des “accusations gratuites” et annoncé que “la justice  allait  être  saisie” contre Ahmed Zefzafi.  Selon la DGAPR, les deux  détenus “bénéficient de tous  les  droits  que  leur garantit la loi”, notamment “de consultations, d’examens et d’analyses médicales”. 

Joint par l'AFP, Ahmed Zefzafi a estimé que l'intention de la DGAPR “vise à le faire taire”. “Mon fils a été arrêté,  torturé  et condamné  injustement  à  20  de prison, comment voulez-vous que je me taise?”, a-t-il dit.  Nasser Zefzafi, un ancien chômeur devenu le visage du mouvement de protestation sociale qui a agité le nord du pays en 2016 et 2017, purge 20 ans de prison ferme pour “complot visant à porter atteinte à la sécurité de l'Etat”. 

Comme d'autres militants condamnés en même temps que lui, cet homme de 40 ans a déjà plusieurs fois dénoncé  ses  conditions  carcérales,  suscitant  à chaque fois des  démentis  détaillés  de   l'administration pénitentiaire.  Depuis son arrestation en mai 2017, les autorités  marocaines  ont  aussi  toujours rejeté ses accusations de torture.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER