Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Actualité

Préméditation

La situation est grave, et l’état de santé alarmant des grévistes sera peut-être ce détonateur salvateur.

Au lieu de faire dans l’apaisement par un quelconque signal politique fort, le pouvoir a préféré faire usage de la violence, sa méthode de prédilection. Sinon, comment expliquer la réponse faite à la manifestation que voulaient tenir les délégués des archs à la cité des Genêts ?
Le silence méprisant opposé aux diverses démarches entreprises par la société civile, et qui vont de la pétition aux appels pour la libération des détenus à la prison de Tizi Ouzou, en grève de la faim depuis près d’un mois, témoigne de l’entêtement du pouvoir à aller jusqu’au bout au risque de l’irréparable. Et cela est d’une extrême gravité.
Abrika et ses compagnons de cellule, comme Massinissa, resteront, quel que soit leur état de santé, des symboles pour des millions de citoyens dont le seul tort est de lever la tête et d’oser apporter la contradiction à un discours lénifiant.
La crise de Kabylie, trois ans après, reste dans l’impasse, et il est peu probable que l’année 2003 voit refleurir le printemps d’avril, à moins d’une prise de conscience collective de toute une société pour refuser que des Algériens meurent pour leurs opinions.
La situation est grave, et l’état de santé alarmant des grévistes sera peut-être ce détonateur salvateur. Parce qu’il y aura mort d’hommes avec préméditation. Ce ne sera plus l’excuse de l’arme d’un gendarme dont les coups sont partis accidentellement, mais une mort prévisible et préméditée dont les responsables sont ceux-là même qui ont mis le feu aux poudres dans la région par leurs discours, leur silence et leur incompétence.

A. O.