Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Elle a été réalisée par le Service de Neurochirurgie CHU de Bab El Oued

"Première intervention revascularisation cérébrale à Bab El Oued"

Hôpital Mohamed Lamine Debaghine, Bab el Oued. Photo : D.R

L’équipe médicale experte en pathologies Neurovasculaires, de l’hôpital Mohamed Lamine Debaghine, de Bab El Oued vient de réaliser une opération de chirurgie présentée par l'un de ses membres comme "sans précédent".

Fatma Zohra, une fillette de Djanet âgée de 7 ans, a subi ce lundi 14 mai sa seconde intervention délicate (en trois mois), avec succès, au Service de Neurochirurgie du CHU Bab El Oued. Elle souffrait du syndrome de Moya-Moya, qui empêchait son cerveau de recevoir le sang dont il a besoin pour fonctionner. Contacté par la Rédaction digitale de « Liberté » (#RDL) le Dr. Loucif Houari son chirurgien a indiqué que la maladie de la fillette lui provoquait régulièrement des accidents vasculaires cérébraux ischémiques. C’est ce qui nécessitait donc une intervention chirurgicale très urgente, une « anastomose temporo-sylvienne ». Il précise également que c'est « une première neurochirurgicale à Bab El Oued ».

« C’est une technique qui consiste à brancher l’artère temporale, qui est sensée vasculariser le muscle et le cuir chevelu, à l’artère sylvienne qui vascularise la plus grande partie du cerveau dont les zones de la sensibilité et la motricité volontaire », explique le docteur. Il ajoute également que « ces deux artères ont des diamètres de l’ordre du millimètre aussi grand que des bouts de vermicelles, qui doivent être branchées l’une sur l’autre avec du fil plus fin qu’un cheveux sous un microscope opératoire ».

Contacté par la #RDL, le père de la patiente, Bendjemaa, qui affirme faire une confiance "aveugle" à l’équipe médicale, n’a pas caché sa joie . « Je n’ai pas eu peur pour ma fille, elle était entre de bonnes mains ».

Fatma Zohra ne fait  plus d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) ischémiques grâce à l’équipe médicale experte en pathologies Neurovasculaires de Bab El Oued. Néanmoins, elle a été ainsi préparée pour  une deuxième intervention, pour faire la même chose de l’autre côté. Son médecin traitant a d'ailleurs précisé que « même si les AVC ont disparus, l’IRM cérébrale de perfusion (une séquence spéciale faite avec l’IRM 3 tesla qui se trouve à Bab El Oued est la seule en Algérie) avant et après l’intervention montre une correction de perfusion cérébrale du côté opéré, mais persistance d’une perfusion critique de l’autre côté ».

Questionnée sur ce qui empêcherait les autres chirurgiens d'utiliser cette technique dans d'autres hôpitaux, le médecin  a indiqué qu’elle était très pointue, nécessitant « un processus d’apprentissage assez rigoureux que j’ai suivie durant 03 ans (02 ans en France et une année aux États Unis) et très sélectif ». Tout en affirmant que « les autres hôpitaux ne font pas cette technique, car je suis le seul à être diplômé en Algérie même en Afrique ».

Par ailleurs, une formation d’initiation aux jeunes neurochirurgiens est prévue au mois de juin, à la faculté de médecine de Bejaia. C’est pour « augmenter leurs dextérité, en appliquant les techniques de microchirurgie à l’apprentissage des anastomoses artérielles sur des souris, méthode inventée aux États Unis et reconnue à travers le monde », indique le Dr. Loucif Houari.

Imène AMOKRANE

@ImeneAmokrane

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER