Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Actualité

Près de 30 insuffisants rénaux par an subissent une intervention à l'étranger

Entre 20 à 30 insuffisants rénaux par an subissent des greffes d'organes à l'étranger, a fait savoir le chef de service néphrologie de l'hôpital universitaire Nefissa-Hamoud (ex-Parnet), le Pr Farid Hedoum. à l'occasion de la Journée mondiale de greffe d'organes célébrée le 17 octobre, le spécialiste a indiqué qu'entre 20 et 30 insuffisants rénaux subissaient annuellement une greffe d'organe en France, en Jordanie, au Pakistan, en Arabie saoudite, ou encore à Cuba, soulignant que les organes émanaient de dons ou étaient prélévés sur des cadavres. Ces patients, qui ont pu surmonter les obstacles financier, administratif, voire médical se font greffer à l'étranger et reviennent au pays avec des rapports manquant de précision et profitent à titre gratuit d'un suivi médical et de médicaments, souvent coûteux, dans les établissements nationaux. Ceux qui ont eu moins de chance figurent sur de longues listes d'attente et souvent leur rêve de voir leur calvaire cesser ne se contrétise malheureusement jamais, a-t-il déploré. Par ailleurs, il a estimé que la dialyse, dans certains centres, était pratiquée anarchiquement, estimant que souvent elle constitue la principale entrave à la greffe. Le spécialiste a également considéré que le nombre de greffes de rein effectuées en Algérie était très réduit. Seulement 250 en vingt ans (entre 1986 et 2006) à raison de 10 opérations par an prises en charge par deux centres à l'échelle nationale, a-t-il expliqué. à partir de 2007, l'Algérie a opéré un saut qualitatif avec 100 greffes par an à partir d'organes émanant de dons entre vifs, a-t-il fait remarquer. Pour les organes prélevés sur des cadavres, le spécialiste a fait état de trois opérations effectuées avec succès dont deux à l'hôpital de Constantine entre 2002 et 2011 et une autre à Blida en 2013. Pas moins de  95 insuffisants rénaux ont bénéficié de greffes d'organes émanant de dons dont deux prélevés sur cadavres et 22 autres ont subi des transplantations à l'étranger, a-t-il ajouté. Ces deux catégories ne représentent que 1% du nombre de patients en liste d'attente, a-t-il dit. à titre comparatif avec des pays de la Méditerranée et du Moyen-Orient, le Pr Hedoum a cité la Tunisie qui a réalisé  127 greffes en 2012, la Syrie (366), la Palestine (34) l'égypte (985), la Jordanie (138), l'Arabie saoudite (706), la Turquie (2 416) et l'Iran (2 279).

R. N./APS