Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Il a adressé hier une “lettre aux Algériens”

Présidentielle : Bouteflika officiellement candidat

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. © D. R.

Dans cette missive, diffusée par l’agence officielle APS, Abdelaziz Bouteflika ne déroge pas à la règle. Il dresse un bilan élogieux, reconnaît ses faiblesses, y compris son handicap physique, et concède des échecs.

La candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat présidentiel est désormais actée. “La lettre aux Algériens”, qui devait remplacer un discours officiel du candidat, a été rendue publique hier en début d’après-midi. Abdelaziz Bouteflika y explique les raisons de sa candidature et tente d’esquisser les grandes lignes de ce que sera son programme électoral. Dans cette missive qui ressemble à s’y méprendre à celle envoyée en 2014, Abdelaziz Bouteflika ne déroge pas à la règle. Il dresse un bilan élogieux, reconnaît ses faiblesses, y compris son handicap physique, et concède des échecs. Mais il promet de faire encore ce qu’il a été incapable de faire en 20 ans. Il projette de convoquer une conférence nationale et d’autres réformes qui vont aboutir à une nouvelle révision “profonde” de la Constitution. Il commence, évidemment, par une rétrospective de ce qu’il considère comme ses “réalisations” durant ses quatre premiers mandats. “(…) Dès ma première investiture à la tête de notre pays, je me suis consacré à éteindre le brasier de la fitna, à rassembler de nouveau une nation meurtrie par la tragédie nationale et à engager la reconstruction d'un pays ébranlé par une crise multiforme”, a résumé le message attribué au chef de l’État. C’est en réalité un rappel des engagements formulés lors de la première élection présidentielle de 1999. Il détaillera ces réalisations à travers “le retour à la paix” grâce à la politique de “concorde civile” et de la réconciliation nationale “que vous avez décidée souverainement”, indique le document. Cela a permis de “cicatriser les blessures”, le “retour de la fraternité dans la société”. Il en est de même pour le volet économique et social. Abdelaziz Bouteflika rappelle que “l'Algérie a conforté sa souveraineté grâce à un désendettement massif, à l'accumulation de réserves de changes et à la constitution d'une épargne publique appréciable”, ce qui a permis, selon lui, de “résister” au choc économique créé par la chute des prix du pétrole en 2014. Il citera, également, “le recul du chômage, la prise en charge effective de nos concitoyens en matière d’habitat, sur tout le territoire national, la large satisfaction des besoins des citoyens en eau et en énergie, ainsi que le triplement du nombre de nos enfants, filles et garçons, présents dans les écoles, les centres de formation, les instituts et les universités” comme des preuves des progrès sociaux. Malgré cela, Abdelaziz Bouteflika reconnaît qu’il n’a “certainement pas concrétisé la totalité” de ses “engagements” envers le peuple, “encore moins satisfait toutes ses attentes et ses ambitions qui sont grandes” chez les Algériens. C’est donc pour cela qu’il veut “la continuité” dans “un ultime engagement” pour la patrie “même si je n'ai plus les mêmes forces physiques qu'avant”, admet-il. Pour “relever” des “défis” multiples, Abdelaziz Bouteflika tente de vendre sa candidature. Il promet d’'inviter “dès cette année toutes les forces politiques, économiques et sociales de la nation à une Conférence nationale consacrée à la concrétisation du consensus sur les réformes et les changements que notre pays devra engager en vue d'aller plus loin dans la construction de son devenir et de permettre à nos concitoyens de continuer à vivre ensemble, de mieux en mieux, dans la paix et la prospérité”. Cette conférence nationale permettra, notamment, de déboucher sur une nouvelle révision “profonde” de la Constitution. La rencontre “pourra aussi proposer un enrichissement profond de la Constitution, dans le respect de ses dispositions relatives aux constantes nationales, à l'identité nationale et au caractère démocratique et républicain de l'État”, indique le message d’Abdelaziz Bouteflika qui réitère ses promesses de bâtir un “État de droit”, de redonner “la confiance aux Algériens” et surtout de “renforcer l’indépendance de la justice”. Ce qu’il promet depuis 20 ans !


Ali Boukhlef

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER