Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

les commerçants de boissons alcoolisées ont organisé, hier, un autre sit-in

Pression maintenue sur les autorités locales

Les commerçants de boissons alcoolisées de la wilaya de Béjaïa déterminés à faire aboutir leur revendication. © D. R.

“Le président de l’APW nous a promis que nous aurons une réponse jeudi prochain”, a affirmé l'un des délégués des protestataires.

Les commerçants de boissons alcoolisées de la wilaya de Béjaïa, toutes branches commerciales confondues, sont déterminés à maintenir, vaille que vaille, la pression de rue sur le wali pour arracher l'autorisation de réouverture de leurs commerces, fermés depuis mars dernier pour cause de crise sanitaire. 

Pour la septième fois depuis le déconfinement partiel et l'autorisation par le gouvernement de la reprise des autres activités commerciales, ils ont organisé, hier, un rassemblement de plus devant le siège de la wilaya pour exiger du wali l'autorisation de reprendre leurs activités commerciales, à l’instar des autres commerces.

La veille de leur protestation, ils ont observé, selon un de leurs délégués, une action similaire à quelques encablures du siège de l'entreprise Brasserie Star d'Algérie (BSA/SPA) d'El-Kseur afin “de solliciter leur  solidarité  à  leur action d'hier”.  D'où la  présence  symbolique, hier, d'une  dizaine  de  travailleurs de cette unité de production au rassemblement.

Comme  les précédents  rassemblements, les commerçants protestataires reviennent dans leurs déclarations sur leur situation sociale “précaire” et “la vente informelle des boissons alcoolisées dans la région”, qui prend des “proportions inquiétantes”. “S’il y a une seule catégorie de commerçants sérieusement impactée par la fermeture de son commerce, c'est bien nous”, soutiennent-ils à l’unanimité. 

“On ne peut plus continuer à subir les retombées néfastes de la décision de fermeture  de  notre  activité  commerciale.  Nous  sommes  asphyxiés financièrement au point de ne plus pouvoir faire face à la prise en charge sociale de nos familles”, nous  a  déclaré  un  groupe  de commerçants protestataires. Lors du rassemblement d'hier, c'est le président de l’Apw, Haddadou Mehenni, qui les a invités à les recevoir dans son bureau.

Après une hésitation de quelques minutes, ils ont fini par accepter d'envoyer leurs quatre délégués. “Le  président  de  l’Apw nous  a  promis, après  avoir téléphoné devant nous, que  nous aurons  une  réponse  jeudi prochain”, a rapporté l'un des délégués, Aït Meziane Djamal, à ses confrères manifestants à sa sortie du siège de la wilaya. 

La réponse est loin de convaincre les commerçants manifestants et chacun d'eux y va de sa  proposition  sur  des  actions  à  engager dans l’immédiat. “Jeudi, c'est après-demain (demain, ndlr). Patientons pendant ces deux jours et revenons jeudi ici devant le siège de la wilaya pour avoir la réponse, puis on décidera des actions plus fermes à engager, selon la réponse qu'on aura”, a proposé l'un des commerçants.

Une  proposition  largement  partagée  “d'autant  plus  que  c’est  l’examen du baccalauréat et donc, on ne doit pas être qualifiés de perturbateurs”. Ainsi, ils se sont donné rendez-vous pour  demain, jeudi, devant  le  siège de la wilaya pour “en découdre avec les autorités de wilaya”.

Par  ailleurs , le  P/Apw  que  nous  avons  contacté  pour  de  plus  amples informations nous a déclaré en substance : “J’ai eu une discussion avec le wali sur leur problème. Ce dernier m'a fait part qu'il s'est entretenu avec sa tutelle via visioconférence pour lui demander la démarche à suivre avec ces commerçants. Leur cas sera soumis au Premier ministre et ils auront la réponse ce jeudi.”  
 

L. OUBIRA

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER