Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le chef de l’État le destine à présider la Haute instance de surveillance des élections

Qui est Abdelwahab Derbal ?

©D. R.

Né en 1952 à Robbah, dans la wilaya d'El-Oued, Abdelwahab Derbal s’installe au début des années 1970 à Annaba, rejoignant, ainsi,  la forte communauté soufie établie depuis les années 1930 à la Coquette. Après avoir décroché son baccalauréat en 1973 à Annaba, il obtient sa licence de droit à l’université de Constantine en 1977. Il s’envole alors pour la Grande-Bretagne, précisément au pays de Galles à Cardiff pour apprendre durant une année la langue de Shakespeare.
Les années suivantes, il obtient un diplôme d’études approfondies (DEA) et un Master of Laws (un diplôme équivalent à un doctorat 3e cycle) à la Queen’s university of Belfast, en Irlande du Nord.
De retour en Algérie, il enseigne à l’université Badji-Mokhtar d’Annaba de 1982 à 1999 le droit public international et le droit civil notamment.

Il devient également avocat.
Abdelwahab Derbal est élu député à l’APN en 1997 sous les couleurs d’Ennahda dont il devient le président du groupe parlementaire et membre de la commission juridique et des libertés publiques de l’APN. Après avoir mené un putsch en bonne et due forme contre le leader  et fondateur du mouvement islamiste d’Ennahda, Saâd Abdallah Djaballah, et après avoir soutenu le candidat du “consensus”, Abdelaziz Bouteflika, Derbal sera gratifié en 1999 du poste de ministre chargé des Relations avec le Parlement alors que ses amis du mouvement de redressement en l’occurrence Mohamed Ali Boughazi ou encore Lahbib Adami, ont été nommés respectivement ministre délégué chargé de la Recherche scientifique, puis conseiller à la Présidence, et ambassadeur d'Algérie en Arabie saoudite. Après son passage au gouvernement de 1999 à 2005, Derbal devient conseiller à la Présidence de juin 2004 à juillet 2005 avant d’être nommé à Bruxelles comme chef de la mission permanente de la Ligue des États arabes auprès de l’Union européenne, de la Belgique et du Luxembourg avec un rang d’ambassadeur jusqu’en 2011.
En 2012, il devient ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l’Algérie auprès du royaume d’Arabie saoudite et représentant permanent de l’Algérie auprès de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) jusqu’en 2013.
Homme modeste et discret, le profil d’Abdelwahab Derbal tranche singulièrement avec celui de l’actuel député milliardaire Bahaeddine T’liba dit Baha qui est également originaire d’Oued Souf au même titre d’ailleurs qu’Amar Saâdani. D’aucuns y voit actuellement un véritable lobby aux commandes.

Mohamed-Chérif Lachichi



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
kuider500 le 11/10/2016 à 13h36

aucune personne nommé par le pouvoir ne peu aller contre le pouvoir. les institutions en Algérie sont fait par le pouvoir en place et ils obéissent au pouvoir en place, c'est blanc bonnet, bonnet blanc...

Commentaires
1 réactions