Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Il a été accueilli avec les honneurs par le wali d’oran

Retour de Khelil : la provocation

Un accueil officiel a été réservé à l’ancien ministre de l’Énergie et des Mines Chakib Khelil. © D. R.

L’ex-ministre de l’Énergie, Chakib Khelil, est rentré, jeudi, à Oran, après une absence de plusieurs années.

À la surprise générale et en l’absence de la presse qui a été tenue à l’écart de l’événement, Chakib Khelil, ancien ministre de l’Énergie et des Mines, a débarqué, jeudi soir, à l’aéroport international d’Oran Ahmed-Ben-Bella, en provenance de France à bord d’un vol ZI 263 de la compagnie Aigle Azur, avons-nous appris, jeudi, de sources concordantes. Chakib Khelil a été accueilli à sa descente d’avion par des officiels et des membres de sa famille. Accompagné de ses proches parents et d’officiels de la ville, dont le wali d’Oran, Chakib Khelil est passé au salon d’honneur avant de se rendre directement à sa villa située dans le quartier résidentiel à Canastel.
L’accueil officiel réservé à l’ancien ministre dénote l’intérêt des pouvoirs publics de laver de tout soupçon l’ancien ministre. Un retour qui intervient quelques jours seulement après des déclarations fracassantes du secrétaire général du FLN à propos des cadres jetés en prison et de la cabale sécuritaire dont a été victime Chakib Khelil.
Les observateurs n’en pensent pas moins que son retour au bercail a été rendu possible après le départ d’anciens agents des services de sécurité à l’origine de sa mise en cause dans plusieurs dossiers ayant un rapport direct avec les scandales à répétition qui ont éclaboussé Sonatrach. Le retour de Chakib Khelil à Oran qu’il a dû quitter précipitamment pour la dernière fois, le 29 mai 2013, lui ouvrirait la voie à la réintégration, affirme-t-on.
L’on a estimé que le retour au pays de l’ancien ministre s’inscrit en droite ligne dans la perspective du président de la République qui a ordonné l’ouverture d’une enquête concernant l’ex-haut fonctionnaire et qui l’a innocenté.
En se dirigeant directement à son domicile où sa défunte mère est décédée le 21 mai 2013, l’ancien ministre a tenu à lui rendre hommage. Il garde un souvenir amer en étant absent le jour de ses funérailles à Oran. À cette période, on laissait entendre que l’ancien ministre a préféré s’éclipser pour éviter une interpellation quant à son éventuelle implication par la justice dans des affaires de corruption. Chakib Khelil a perdu sa mère lors d’une opération de perquisition des services de sécurité de sa villa sise à Canastel où vivait sa famille.
Cette descente inopinée des services de sécurité a semé la panique parmi les occupants, dont la mère de l’ancien ministre, nonagénaire et souffrante.
Le scandale financier qui a terni l’image de marque de Sonatrach a été décrié par l’ancien ministre qui s’exprimait le 16 mars 2010 sur les ondes de la Radio nationale, affirmant que cette situation “a porté atteinte à l’image de l’Algérie en quelque sorte, puisque Sonatrach est le moteur économique qui assure les revenus au pays”.  Ces assertions étaient en fait destinées à désapprouver les propos lénifiants d’Abdelhafid Feghouli, ancien P-DG par intérim, qui a démissionné avec d’autres cadres après leur inculpation pour association de malfaiteurs. Considéré comme proche du président de la République, Chakib Khelil était un cadre important au sein du groupe pétrolier avant sa nomination au poste de ministre de l’Énergie et des Mines. L’ex-ministre et plusieurs de ses proches faisaient l’objet d’un mandat d’arrêt international dans le cadre du scandale de corruption de Sonatrach, avait alors annoncé, le 12 août 2013, le procureur général près la cour d’Alger, Belkacem Zeghmati.  


K. R.-I.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
10 réactions
muhand le 19/03/2016 à 11h50

Ce n'est pas juste une provocation, voilà une manière de dire au peuple ou dezou ma'ahoum si cela ne vous plaît pas. Parce que admettant que le juge Zeghmati (limogé par Said Bouteflika) s'est trompé dans la procédure, on ne va tout de même pas mettre en doute la parole du parquet Milanais qui a émis un mandat d'arrêt international contre personnage. Mais alors réception par des officiels c'est juste inouï! Les loups ne se manquent pas entre eux. Ce bétail de peuplade mérite bien ce qui...

muhand le 19/03/2016 à 11h59

.....arrive puisque il regarde et accepte sans brancher. Je reste toutefois convaincu que tôt ou tard toute cette clique payera un jour. Que fera interpol puisque l'Italie a émis un mandat d'arrêt international contre ce protégé du système maffieu algerien? Pourquoi n'a t'il pas été arrêté encore? Les juges italiens sont ils corrompus aussi par la smala Bouteflika? Voilà un mystère qu'il va falloir éclaircir un jour pour comprendre les dessus de cette affaire.

aminelicia le 19/03/2016 à 12h05

Bonjour Il ne faut pas oublier la présomption d'innocence qui doit rester un principe inaliénable. Cela ne m'empêche pas de penser que depuis juillet 1962, nous avons affaire à un régime dictatorial dans l'âme, qui se succède à lui-même. C'est tout à fait logique d'en déduire que les grands voleurs que ce système a engendrés depuis lors, resteront impunis. Il n'y aura donc toujours que les lampistes pour payer la note. On l'a constaté dans d'innombrables affaires.

elbahri le 19/03/2016 à 14h09

Mr Khellil devrait commencer par attaquer en justice le procureur général d'Alger, Belkacem Zeghmati. Quelques temps après, Bouteflika rencontre mr Melloul et le président nettoie la justice algérienne de la vermine. C'est le seul grand chantier que le président n'a pas touché et pourtant le rôle de la justice dans la nouvelle constitution est renforce. Cette affaire est une aubaine pour le président. Nettoyez, Mr le président, nettoyez et vous rentrerais dans l'histoire.

népourêtrelibre le 19/03/2016 à 14h41

Chakib Khalil, s'il n'a rien à se reprocher alors prq n'essaie t-il pas d'aller vers les journalistes pour dire ce qu'il a sur le cœur ou sinon à BRTV, je sais que cette chaine prône la vérité donc j'ai confiance en elle que l'ENTV soumise au régime. En Algérie, la populace vit dans la confusion politique, économique, culturelle, sociale et voire même sociologique et ce depuis que le régime d'Oujda est en place. Jusqu'à quand encore allions-nous vivre ce modèle de vie basé sur le mensonge.

Adel le 19/03/2016 à 15h07

D’accord la présomption d'innocence qui doit rester un principe inaliénable. Mais cette rigueur de ce principe doit être pour tous les citoyens algériens. Si comme les changements de la loi - à savoir que les procureurs ne décideront plus du mandat de dépôt ou détention provisoire pour accommoder certains en toute impunité. Alors que les prorogatives outrancières des procureurs resteront appliquées pour le commun des mortels.

Adel le 19/03/2016 à 15h09

Pourquoi cette présomption d'innocence est à géométrie variable !!! Nous avons des haut cadres qui croupit dans les prisons sans accusation ou jugement, arrêter et incarcérer sous de pseudo preuves. Intimider, acheter des avocats de la défense, des juges. Sans réaction du peuple, sans volonté, la Hogra restera monnaie courante. Sans peuple de valeur, une société qui a décidé d’entrer résolument dans la modernité ne risque-t-elle pas de perdre sa mémoire, sinon son amé?

népourêtrelibre le 19/03/2016 à 15h34

Beaucoup d'Algériens ignorent ou peut-être le savent mais ils ne retiennent pas... Si nous étions dans un pays, l'Algérie, digne de ce nom Bouteflika ne serait jamais à la tête du poste qu'il occupe et qu'il va occuper indéfiniment jusqu'à sa mort et qui lui a été attribué par Médiène aujourd'hui rejeté pour les services rendus au clan d'Oujda. Saviez-vous ou pas que Bouteflika a été condamné par le vrai fln... Bande d'ignorants lisez l'histoire... Demandez-lui c'est quoi le Mali pour vous!??

népourêtrelibre le 19/03/2016 à 17h04

Pour répondre à la personne portant pseudo ''Muhand'', lui disant que nous n'avons jamais eu de Peuple au sens réel du terme. Sinon, une populace qui pense à son ventre. Le régime a su et a pu comment transformer cette populace en sa faveur. Il y a peut-être un tiers qui réfléchit que j'espère un jour viendra la terre d'Algérie renaîtra de ses malheurs qu'elle a vécue durant toutes ces 55 années de misère, de corruption, de malveillance, de dictature et de l'islamisme moyenâgeux

nouari019 le 20/03/2016 à 8h27

un bel exemple d'une justice a géométrie variable d'une république bananière ,la carotte ou le bâton nous avons les dirigeants que nous méritons (un tas d'écrémant) tant que le peuple sera guidé par son ventre rien ne changera en Algérie, un mépris total envers les petites gens ...

Commentaires
10 réactions