Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Nouveau bilan de l’épidémie

Rougeole : 6 décès et 3 075 cas identifiés

Le ministère avait imputé l’apparition de cette épidémie aux perturbations ayant caractérisé la campagne de vaccination contre cette maladie en mars 2017, en raison de la réticence des parents à s’y soumettre.

Six décès ont été enregistrés et 3 075 cas identifiés. Tel est le dernier bilan du ministère de la Santé sur l’épidémie de la rougeole qui cible ces derniers jours plusieurs régions du pays. “Il y a une épidémie de rougeole qui touche pour l’instant 13 wilayas du pays. Elle est concentrée essentiellement dans les wilayas d'El-Oued, d’Ouargla, de Biskra et d’Illizi. Les statistiques arrêtées hier (mardi
13 mars, ndlr) par le ministère font état de six décès (dus à la rougeole) et de 3 075 cas identifiés”, a indiqué le Pr Leïla Smati, pédiatre et membre du comité technique consultatif des vaccinations au ministère de la Santé, de la
Population et de la Réforme hospitalière.
Le dernier bilan communiqué par la tutelle, arrêté au 11 mars, avait fait état de 2 317 cas recensés dans 13 wilayas, dont 1 047 à El-Oued et 797 à Ouargla, alors que les décès s’élevaient à 5 depuis l’apparition de l’épidémie le 25 janvier 2018 à El-Oued. Le ministère avait imputé l’apparition de cette épidémie aux perturbations ayant caractérisé la campagne de vaccination contre cette maladie en mars 2017, en raison de la réticence des parents à s’y soumettre, arguant le fait que seulement 45% des enfants ont été vaccinés. Les parents refusent de faire vacciner leurs enfants, alors que la campagne de rattrapage, après celle lancée en janvier, bat son plein. Ce sont des cas qui ne se sont pas présentés pour le rappel du vaccin ROR. Le Pr Smati a précisé, lors de son passage hier sur les ondes de la radio Chaîne III, que la rougeole est une maladie infectieuse infantile et qu'une personne malade peut en contaminer entre 16 et 18 autres. Ce qui explique la rapidité de sa propagation. Le Pr Leïla Smati prévient que cette pathologie risque de s’étendre à de grands centres urbains où les taux de vaccination constatés se sont, dit-elle, révélés être particulièrement faibles. C’est le cas d’Alger où le taux de vaccination n’a pas dépassé les 14%, Tipasa 15%, Constantine 19% ou Oran 25%. Cette pédiatre signale qu’au cas où cette situation ne serait pas rapidement enrayée, il est possible de voir se développer une épidémie “de grande ampleur” qui risque de s’étaler dans le temps et d’engendrer un fort taux de mortalité. D’où l’urgence pour les services de santé de juguler cette contagion pour éviter sa propagation. Le programme élaboré par le comité consultatif des vaccinations vise à vacciner 7 millions d’enfants. Or, seuls 3,5 millions ont pu être vaccinés. Ce faible taux est dû, avoue-t-elle, à une “campagne de rejet” de cette vaccination menée par des personnes malintentionnées, des associations de consommateurs et quelques scientifiques. Ces derniers ont avancé comme prétexte à ce refus : la mauvaise qualité des vaccins. Le Pr Smati a formellement démenti cette “allégation” et soutient mordicus que les vaccins en question ont été préqualifiés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Par ailleurs, l’invitée de la radio a affirmé que les opérations de vaccination sont toujours en cours et qu’elles ne présentent aucun danger. “Dans un environnement où le virus circule, la localité d’El-Meghaïr à El-Oued, où le taux des enfants traités a été de 100%, il n’a été enregistré aucun cas de rougeole”, a-t-elle souligné. Devant pareille situation, le Pr Leïla Smati invite les parents des régions non encore touchées par l’épidémie à compléter rapidement la vaccination de leurs petits, bébés et enfants des niveaux primaire et moyen, dans les quelque 7 000 centres de santé dont dispose l’Algérie, où il est possible de se faire vacciner.


B. K


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER