Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Tout en réitérant son soutien à Bouteflika

Sahli plaide pour la tenue de la présidentielle dans les délais


Le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli, a réitéré, hier, la position de soutien au principe de la continuité du président Abdelaziz Bouteflika à l’occasion de la prochaine élection présidentielle, plaidant pour l’approfondissement des réformes et la tenue des échéances électorales dans leurs délais.
Lors d’une conférence de presse organisée à l’issue d’une réunion de son bureau national, M. Sahli a, en effet, réitéré sa position “claire et immuable” en affirmant qu’elle est basée sur “l’insistance du président de la République à respecter les échéances électorales”, d’une part, et son “engagement à respecter la volonté populaire”, d’autre part. Il a, à l’occasion, rappelé l’évolution qu’a connue sa position, et qui l’ont vu passer du soutien à la continuité du président Bouteflika à la mise en place avec 15 autres partis du groupe de la continuité, et la précampagne pour l’explication des objectifs du “Front de l’Algérie solide”. Il a, également, mis en exergue ce qu’il considère comme un “embrouillement” de la scène politique durant le mois de décembre après l’annonce par certains partis du pouvoir et de l’opposition d’initiatives de report et de prolongation du mandat de Bouteflika, en allusion aux initiatives du MSP d’Abderezzak Makri et de TAJ d’Amar Ghoul.
“Déjà, le 15 décembre, on s’est prononcé contre toutes les initiatives qui outrepassent la volonté du peuple et la Constitution”, a-t-il affirmé en substance. Sahli a répondu à Ghoul, lui disant qu’il s’accordait avec lui sur la nécessité d’une réforme, mais pas sur le timing choisi pour le faire. Pour M. Sahli, l’opposition “doit s’impliquer sérieusement dans la présidentielle”, estimant “inacceptable” qu’à 15 jours de la convocation du corps électoral, “les partis de l’opposition n’ont pas encore proposé leurs alternatives”. Et ce, avant de s’opposer à ceux qui veulent bâtir leur démarche politique sur l’empêchement d’un cinquième mandat du président Bouteflika. Dans son commentaire au sujet du message de l’ANP, Sahli l’a qualifié “fort et opportun”, et dit qu’il “était loin d’être politique comme le prétendent certaines parties, mais est venu encadrer la déclaration d’anciens militaires, en leur rappelant la nécessaire obligation de réserve comme le stipule la loi 16/05”. “Pour le commandement, ces indications donnent naturellement des craintes, puisqu’il y aurait peut-être des actions collectives de certains cercles qui veulent brouiller les cartes à la veille de cette importante échéance”, conclut-il.


Amar R.
amar.rafa@liberte-algerie.com

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER