Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

SCANDALE À L’OPGI DE MOSTAGANEM

Sept personnes sous contrôle judiciaire

L’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) de la wilaya de Mostaganem vient d’être éclaboussé par un scandale retentissant sur fond de malversation et dilapidation de deniers publics.
En effet, la brigade de la police économique et financière relevant de la Police judiciaire de la sûreté de wilaya vient de démêler l’écheveau de ce qui s’apparente à un scandale dont les protagonistes ne sont autres que des cadres de l’OPGI en question, avons-nous appris hier. L’affaire a démarré après que des soupçons sur des irrégularités dans la passation de marchés publics apparaissent suite à l’octroi à un promoteur immobilier pour la réalisation de logements sociaux dans l’une des communes de Mostaganem un montant de 12 milliards de centimes. L’arnaque entre le principal accusé et les six employés de l’OPGI consistait selon les clauses du contrat en le paiement à chaque achèvement des phases de la réalisation par tranches et dont le projet comptait en tout quinze, cependant, seulement deux immeubles (A et B) ont finalement été construits mais non habitables. C’est l’expertise du bureau du CTC qui a démontré les malfaçons dans la réalisation dont la qualité du béton armé qui ne répond pas du tout aux normes exigées. Les investigations approfondies menées par les enquêteurs ont révélé que ledit promoteur avait bénéficié indûment du document (PV de réception) qui prouve l’achèvement des travaux et a empoché l’intégralité de sa rétribution, soit les 12 milliards de centimes. Cette arnaque n’a pu être possible sans la complicité explicite de plusieurs employés à des niveaux de responsabilités sensibles, au sein même de l’instance chargée du contrôle du projet ainsi qu’à l’office de promotion immobilière. Les sept inculpés ont été déférés devant le juge d’instruction pour octroi d’avantages dans le cadre de passation de marchés publics, dilapidation de deniers publics et délivrance d’une pièce administrative à une personne n’ayant pas le droit. Ils ont tous été placés sous contrôle judiciaire. L’affaire suit son cours.

M. Salah


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER