Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

LA TENDANCE BAISSIèRE S’EST POURSUIVIE AU PREMIER SEMESTRE 2017

Seulement 49 849 véhicules immatriculés

Le marché de l’occasion pour combler le manque de véhicules neufs. ©D. R.

Cette baisse a touché les motorisations essence, alors que les immatriculations de véhicules diesel neufs avaient poursuivi leur repli amorcé en 2015.

Le nombre des immatriculations des véhicules neufs a sensiblement baissé au premier semestre 2017. Avec 49 849 unités, soit moins de 44,42% par rapport au premier semestre de l’année 2016, cette baisse était essentiellement due, comme il fallait s’y attendre, à la chute brutale des importations.
Selon la direction technique chargée des traitements informatiques et des répertoires (DTTIR), relevant de l’Office national des statistiques (ONS), “une baisse importante de plus de 250 000 unités dans les immatriculations et réimmatriculations a été constatée par rapport au premier semestre 2016, soit 26%”. Selon la même source, cette baisse a particulièrement touché les motorisations essence, alors que les immatriculations de véhicules diesel neufs avaient poursuivi leur repli amorcé en 2015 à cause du système de quota d’importation de véhicules, lequel système n’a pas été reconduit par le gouvernement à cause de la prolifération des usines de montage en DKD et en SKD.
Du coup, note encore la même source, “les immatriculations définitives des véhicules neufs nous renseignent sur les mises en circulation effectives des véhicules vendus”, ajoutant que “l’examen de ces immatriculations définitives, au regard des importations, fait apparaître qu’une bonne partie des véhicules n’est pas immatriculée au cours de l’année d’importation mais plutôt durant l’année de commercialisation”. Autrement dit, des reliquats d’importation avaient été comptabilisés dans ce décompte qui se réfère, notamment, aux données des Douanes algériennes. Concernant la répartition par wilaya, on relève que ces immatriculations et ces réimmatriculations durant ce semestre ont régressé dans quasiment toutes les régions du pays. Ainsi, seules deux wilayas ont vu ces immatriculations augmenter, à savoir Béchar et Tébessa.
En termes de tranches d’âge, on relève là-aussi un net recul des immatriculations. En ce sens, la même source a indiqué que ce recul a touché les transactions constituées par les véhicules ayant plus de 15 ans d’âge par rapport au premier semestre précédent, soit une diminution de 51,96%.
Du reste, et concernant les transactions sur les véhicules de moins de 5 ans d’âge, on note une baisse de plus de 90 000 unités, soit 0,29 % par rapport au premier semestre 2016. “Le marché des importations de véhicules neufs régresse de manière générale de plus de la moitié, que ce soit par les concessionnaires ou les particuliers par rapport au premier semestre 2016, soit près de 63%”, a noté la DTTIR.
Sur un autre chapitre, on relève que les importations par les particuliers avaient atteint 3 065 unités contre 5 625 unités en 2016, soit une baisse de 45,51%, alors que les importations effectuées dans le cadre commercial étaient de l’ordre de 17 283 unités contre 49 015 unités en 2016, soit une baisse de 63,58%.
Au total, les importations avaient baissé à 20 348 unités contre 54 640 unités en 2017, soit moins de 62,76%.
Enfin, l’ensemble des transactions qui avaient affecté les immatriculations et les réimmatriculations cumulées entre le neuf et l’occasion avaient avoisiné les 739 850 unités durant ce semestre.

FARID BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER